2017, année positive ?


Cinq axes de travail principaux… Patrick Cassany, maire de la ville et président de l’agglomération a décidé de s’atteler à cinq gros chantiers qui devraient aboutir, pour la plupart, à l’automne 2017. Sur la question  de l’eau tout d’abord, avec la promesse pour ses administrés de faire baisser le prix de l’eau à 2 euros le m3 contre 2,54 actuellement et de préserver un service de proximité : « Nous avons transféré la compétence à Eau 47. Le syndicat départemental travaille actuellement sur une solution en régie et son coût que nous mettrons en balance face aux offres des compagnies d’eau » explique Patrick Cassany. Choix définitif à l’automne prochain. Le maire tient également à l’aménagement des voies sur berges rive gauche avant fin 2017.
Sur l’agglomération, le président compte bien atteindre un équilibre entre ville centre et périphérie sur l’occupation du foncier : « En matière commerciale notamment, car il ne faut pas se leurrer. Si le commerce du centre-ville meurt, les zones autour subiront le contre-choc, y compris Bias ». Désormais donc, la périphérie devrait accueillir des implantations de plus de 300 m2 et, dans la mesure du possible, ne concernant pas l’habillement.
Et question bonne nouvelle, Patrick Cassany se réjouit de voir une reprise économique se faire sentir, y compris sur son territoire : « Nous avons des projets d’extensions d’entreprises qui nous obligent à aller chercher du foncier, un signe positif pour l’emploi ». Sans oublier la formation avec le projet bien avancé d’un campus regroupant sept organismes de formation sur le site de Saint-Cyr : « Des organismes qui ont besoin d’espace pour s’agrandir, tout en mutualisant certaines de leurs fonctions. On travaille également sur le sujet avec les lycées Leygues et Couffignal, qui sont en train de fusionner. Ces projets sont majeurs et concernent la formation, souvent pointée du doigt, sur notre territoire ».

Annabel Perrin

A propos des échéances électorales de 2017

Si Patrick Cassany ne brigue aucun mandat électoral en 2017 « même pas celui de président de la République » lance t-il en plaisantant, il ne compte pas pour autant jouer la carte de la neutralité. Il s’est donc positionné en soutien du candidat Manuel Valls : « Je n’ai pas pour habitude de me cacher derrière mon petit doigt. L’élection présidentielle est un enjeu majeur et pour l’instant, si on en croit les sondages, les électeurs pourraient se retrouver à choisir entre Fillon et le FN. Je prends en compte ce contexte. Il ne s’agit pas ici d’un mini congrès du PS mais bel et bien de désigner un homme susceptible d’être président de la République, une fonction qui ne s’improvise pas. Il faut avoir un engagement fort et de l’expérience. Pour moi, Manuel Valls possède ces qualités ».

Avec une campagne courte de quinze jours, « calibrée au départ dans la perspective d’une candidature du président sortant », il va falloir convaincre d’aller voter : « Il ne faut surtout pas que ces primaires restent une histoire interne au PS mais que tous les gens qui ont une sensiblité de gauche se déplacent. Quant aux législatives, le contexte s’annonce compliqué. Je ne crois pas en une baisse du vote front national et ce quelque soit le candidat sur la circonscription ».

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés