30 propositions pour booster le commerce à Agen


Après un an de travail et de concertations, la mairie d’Agen a enfin dévoilé son « livre blanc du commerce ». Un cahier de doléances contenant des propositions pour rendre le cœur de ville plus attractif. « A l’issue d’une rencontre avec l’Union des commerçants et artisans d’Agen (UCAA) en mai 2016, nous avons constitué un groupe de travail avec les protagonistes du centre-ville. Nos réunions ont permis d’aborder des thématiques comme l’accessibilité, la sécurité, la propreté, l’offre commerciale, les animations, le développement… », détaille Clémence Brandolin-Robert, adjointe au maire en charge du Commerce et de l’Aménagement du centre-ville. Pour lutter contre l’exode en périphérie et la menace internet qui désertifient les villes moyennes, trente actions sont ressorties. « Certaines tiennent simplement du bon sens, d’autres sont plus innovantes. Quelques unes sont par ailleurs déjà sur les rails », souligne l’élue. Promouvoir le centre-ville, améliorer l’espace premium, adapter le commerce aux nouveaux modes de consommation, faciliter le parcours client, mobiliser le foncier commercial, coordonner les acteurs et requalifier certains lieux-clés comme Jasmin ou la place de la Cathédrale sont les grands axes de ce livre blanc.

Tourisme et taux de vacance ciblés

Outre les aménagements de stationnement déjà abordés avec la nomination du délégataire, l’application Bonicity ou les piétonnisations périodiques du boul’ sur les portions ouvertes à la circulation, plusieurs mesures retiennent l’attention. L’organisation de « brunch » le dimanche matin au Marché couvert en fait partie. De manière générale, Agen tendra à créer plus de rendez-vous réguliers et à en coordonner la communication. Le centre-ville se tournera également plus vers ses touristes. « C’est une manne qui génère tout de même 17 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’Agglo », rappelle Clémence Brandolin-Robert. Les commerçants se verront ainsi proposer des formations en anglais et un accompagnement pour, par exemple, décliner les cartes de restaurants en plusieurs langues. La mairie incite les boutiques à tester des horaires différents, en particulier l’ouverture entre 12h et 14h en fin de semaine.
Afin de faire le lien entre la périphérie et le cœur historique, une navette « Shopping express » pourrait relier O’Green, Agen Sud et le boulevard piéton. Enfin, la vacance commerciale (11% sur Agen) sera combattue sur plusieurs fronts. « Nous engagerons la mairie sur le foncier, pour réadapter des locaux aux besoins des porteurs de projets avant de les recommercialiser », explique le maire Jean Dionis du Séjour. Une taxe sur les friches, déjà mise en place dans d’autres villes, est aussi à l’étude pour inciter les propriétaires trop gourmands à revoir leur loyer à la baisse.
« Toutes ces mesures ne pourront pas être mises en œuvre, mais la mairie apportera bien des réponses officielles pour chacune d’entre elles, annonce Jean Dionis. Ce travail est très important car il s’inscrit dans une prospective. Le mandat 2020-2026 se prépare dès maintenant et notre vision va même jusqu’à l’horizon 2030. » .

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés