5 500 Lot-et-Garonnais ont déjà donné leur avis


Dix jours après le début de la consultation, ce sont quelque 5 500 Lot-et-Garonnais qui ont répondu. Lancé le 12 octobre dernier par le président départemental Pierre Camani, ce questionnaire baptisé « Construisons NOTRe 47 » a su mobiliser les administrés. Les élus du Conseil départemental estimaient qu’une consultation réussie devait générer « 10% de réponses ». Si le quorum choisi n’est pas encore atteint, il reste du temps. En effet, les habitants ont jusqu’à la mi-novembre pour se prononcer.
Pour se faire, deux moyens sont à disposition. Soit retourner le questionnaire, via l’enveloppe pré-affranchie, par voie postale à l’hôtel Saint-Jacques, soit répondre directement en ligne sur le site spécialement mis en service (www.construisonsnotre47.fr). A noter qu’un espace est aménagé pour les élus ou les acteurs socio-économiques.

Vingt-deux questions
Le questionnaire comporte vingt-deux questions où les réponses sont présentées sous forme de QCM. Plusieurs thèmes sont ainsi soumis au vote, comme le développement économique, la qualité de vie, le social, la santé, la ruralité…
Cette consultation a été décidée suite à l’adoption par le gouvernement de la loi de Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTre) qui redéfinit les compétences du Département. Or, et c’est devenu un sujet très épineux dans bon nombre de collectivités locales et territoriales, la dotation de l’État qui accompagne ces transferts de compétences se réduit à peau de chagrin. Les élus locaux se voient donc obliger de se serrer la ceinture. Ce qui les amène à augmenter les impôts ou, et c’est le cas du Lot-et-Garonne, prôner la stabilité fiscale et donc faire des arbitrages.
« Nous devons redéfinir notre politique dans un contexte particulier de baisse globale des recettes, avait expliqué Pierre Camani. C’est une remise à plat des politiques publiques, nous avons donc voulu consulter la population pour connaître ses priorités. »
Le résultat de la consultation sera connu avant la fin de l’année.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés