A. Juppé, au centre de toutes les attentions


L’ex-Premier ministre visitera le territoire lot-et-garonnais aujourd’hui. Enfin surtout sa préfecture où il est attendu pour une signature de livre puis dans la soirée où il officialisera la création de son comité de soutien en vue de la primaire des Républicains de novembre. « Alain Juppé a opté pour une forme de mobilisation très originale où tout le monde est autorisé à monter son comité de soutien. Ce soir nous structurons et officialisons la création du comité », explique Emilien Roso, maire LR d’Allemans-du-Dropt et président du comité. Une structure censée fédérer les femmes et hommes qui ont fait du maire de Bordeaux leur champion pour la prochaine présidentielle. Mais pour l’instant, ils « restent discrets », admet le jeune édile. Pourquoi ? Parce que rien n’est simple en politique, a fortiori quand il s’agit de la droite et du centre.

Les centristes dispersés
Le département a donné sa première ville aux centristes incarnés par le maire Jean Dionis du Séjour. Un grand élu qui n’a pas encore fait connaître sa préférence. En froid avec le président de son parti, Jean-Christophe Lagarde, qui a refusé l’idée d’une primaire commune entre centristes et Républicains, le premier magistrat pourrait lorgner vers un nom Républicain. Juppé ? Sarkozy ? Fillon ? Le Maire ? « On ne le saura pas avant de connaître le vainqueur de la primaire, il se garde une marge de manoeuvre pour décrocher l’investiture législative », glisse, malicieusement, un responsable LR. Toujours à l’UDI, d’autres ont moins de scrupules, sans pour autant avoir moins d’ambitions. Ainsi Muriel Boulmier, adjointe agenaise, sera la numéro 2 au comité.
Centre contrarié toujours, les partisans du MoDem 47 partent en ordre dispersé. « Je le soutiens parce qu’il fait partie de la grande famille réformiste, analyse Bernard Lusset, adjoint agenais et récent adhérent au parti de Bayrou. Ce n’est pas un homme de chapelle. » Tant mieux, car le responsable des orangistes lot-et-garonnais et maire de Foulayronnes, Bruno Dubos, ne sera pas là pour soutenir Alain Juppé. « La démarche de M. Lusset est personnelle, elle ne correspond pas à la position du parti. »

La droite timide
Mais la droite n’est pas en reste. Déchirée depuis les roustes départementales et régionales, les courants affleurent jusque dans les prises de position. Si les cadres de la fédération LR, Jean-Louis Costes et Christine Bonfanti-Dossat, s’imposent une neutralité dictée par leur charge (ils organiseront la primaire en Lot-et-Garonne), ils n’en seront pas moins présents aujourd’hui. « Nous accueillerons tous les candidats de la même façon », assure la maire de Lafox.
Un autre cadre analyse ainsi : « Sarkozy n’a pas beaucoup de militants mais ils sont mobilisés, Fillon un livre ne suffit pas et Le Maire n’a que des groupies ». L’honnêteté et le dialogue sont toujours importants en famille.   

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés