Aéroport // Paris s’éloigne à tire-d’aile ?


Ils le pressentaient. Elus des collectivités territoriales, responsables des chambres consulaires et du syndicat mixte craignaient pour le devenir de l’aéroport. Ce n’était un secret pour personne, en ces temps de disette budgétaire, les partenaires d’Agen-La Garenne rechigneraient à mettre la main à la poche pour subventionner le site. L’Etat est montré du doigt et avait prévenu qu’il ne pourrait plus assumer les aides versées. Et c’est la ligne Agen-Paris qui en fait les frais. Si personne ne se risque à parler de disparition pure et simple, les comptes sont sans appel : l’Etat ne versera plus les 50% de subventions sur cette liaison. « Nous le savions depuis un moment, temporise le sénateur et président du Conseil général Pierre Camani, c’est pour cela que je me bats pour faire infléchir les lignes budgétaires auprès des ministères. Et que je continuerai dans les prochains mois à faire mon travail au Sénat pour soutenir notre liaison. » Mais sans grandes illusions. Les 1,2 millions d’euros issus des caisses nationales se réduiront à peau de chagrin d’ici la fin de l’année. Passant allégrement sous la barre des 40%, comme l’a confirmé, sans pour autant chiffrer la baisse, le ministère des Transports lors d’une réunion mardi dernier avec des élus du département (les sénateurs Pierre Camani et Henri Tandonnet, les députes Lucette Lousteau et Matthias Fekl représentés et le président de l’Agglomération villeneuvoise Patrick Cassany).

Les collectivités au relais ?

Agen-Paris ne serait donc pas une priorité pour le Gouvernement, qui préfère recentrer ses efforts les territoires qui ont besoin de l’avion pour se désenclaver. Pourtant, depuis que La Garenne vole vers Paris, les chiffres fournis par la compagnie aérienne HOP! montrent une augmentation du trafic. La directrice adjointe en charge du commercial, Hélène Abraham, tirait même un bilan satisfaisant pour l’année passée. « Pour cette première année d’exploitation sous pavillon HOP!, les résultats en croissance sont encourageants. Sur l’année à venir (2014, NDLR) nous nous donnons pour ambition de contribuer à l’atteinte des 40 000 passagers. » Un souhait en passe de se concrétiser selon le président du syndicat mixte qui gère l’aéroport, Jean-Louis Matéos. « Au 30 juin 2014, nous avons une augmentation de 20% des passagers par rapport au 30 juin 2013. » D’ailleurs Jean-Louis Matéos a un calendrier qui l’incite à l’optimisme. « Nous avons lancé l’avis d’appel public à la concurrence pour les dossiers des compagnies qui souhaiteraient s’occuper de la ligne. » Quel qu’en soit le financement ? « Oui, nous aurons aussi une réunion avec les parties concernées, Conseil général, Agglomération d’Agen, CCI et Chambre des métiers le 22 septembre pour savoir si nous voulons nous-mêmes financer entièrement la ligne. »

Gauvain Peleau-Barreyre

Avenir dégagé  pour la route
Parmi les autres dossiers discutés au ministère des Transports, ceux des infrastructures routières. Bonne nouvelle pour le projet d’échangeur autoroutier à Brax qui pourrait bénéficier d’une aide de 25% de l’Etat sur les 18 à 21 millions envisagés. De même, il semblerait que l’achèvement du doublement de la RN 21 entre Villeneuve-sur-Lot et Agen soit acté.

 

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.