Agriculteurs : « La mort est dans le pré »


Cinquante au petit matin, près d’une centaine quelques heures plus tard : les manifestants ont réussi à se faire entendre. Même si la mobilisation n’a pas été aussi fournie que lors des appels des traditionnels syndicats du secteur, cette manifestation, décidée en dehors des organisations professionnelles, a soudé ses participants : « C’est un commencement. Il faut se montrer », estimait Eric Tovo, agriculteur à Tayrac. Et alerter. Car le mot d’ordre était fort et s’étalait à la vue de tous sur des pancartes : « La mort est dans le pré », « A bout de force » ou encore « On vous nourrit mais on crève ».
Ce mouvement entend mettre en lumière le mal-être de la profession et demander de l’aide. « Quand on se lève, on perd déjà de l’argent, explique Jean-Baptise Lodetti, 22 ans, l’un des organisateurs. Mais j’ai fait des études pour devenir agriculteur et je veux faire ce métier jusqu’à la fin. » Un cri d’alarme qui survient après le récent suicide d’un « camarade » de Puymirol.
Les tracteurs et semi-remorques ont levé le camp dans la journée de lundi, non sans avoir laissé un tas de fumier en souvenir de leur passage… « On est dans la merde, il faut qu’ils voient ce que ça fait ».

Gauvain Peleau-Barreyre

A la Chambre, des rencontres contre l’isolement

« Soutien », c’est le mot d’ordre qui a été répété maintes et maintes fois lors du bilan de mi-mandat du président Serge-Bousquet-Cassagne, à la Chambre d’agriculture. Car, là aussi, le constat est sans appel : les agriculteurs vivent pour certains, dans l’isolement et la solitude. La Chambre a donc mis en place les « rencontres parole libre », depuis le mois de novembre dernier. Et c’est plutôt une réussite puisqu’à chaque fois, 40 à 80 agriculteurs s’y sont déplacés pour venir parler de leurs difficultés et échanger en présence d’élus et conseillers de la Chambre. Douze dates sont d’ores et déjà programmées pour 2017.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés