Allez, cette fois, c’est Narbonne !


Le second bloc de cinq matchs s’achève, laissant derrière lui le premier tiers de la saison. Grâce au point de bonus défensif arraché dans les dernières minutes au stade Charles-Mathon d’Oyonnax, Agen conserve le très symbolique avantage particulier sur le Stade Aurillacois, à égalité de points au classement général. Le Sporting occupe donc toujours le trône de Pro D2 et espère bien y siéger encore après le coup de sifflet final à Narbonne ce soir pour savourer la trêve dans le costume du leader. Le calendrier de cette 10e journée peut l’y aider. Les deux principaux concurrents du SUA LG précédemment cités s’affrontaient hier (le résultat étant connu après l’heure de bouclage de l’Hebdo), laissant forcément des points en route pour l’une des deux formations. Le troisième du championnat, Colomiers, se fendra quant à lui d’un déplacement périlleux à Perpignan dimanche. Une aubaine pour les coéquipiers d’Antoine Erbani qui peuvent, en cas de bon résultat dans l’Aude, creuser un petit écart.

Jouer 80 minutes

Pour ce faire, les Lot-et-Garonnais devront cependant pallier un manque qui leur fait défaut depuis le début de saison : jouer pendant 80 minutes. Après le SUA diesel, tardant à se mettre en route pour s’en sortir in extremis en seconde période, le club nous a offert un second visage dans le Haut-Bugey jeudi dernier : une entame canon avant l’essoufflement. Dans les deux cas, un léger sentiment de frustration prédomine malgré les bons résultats comptables. Car l’on sent que cette équipe a les armes pour faire mieux. Dans le sillage de ses jeunes et de ses habituels remplaçants, le groupe montre une très belle homogénéité qui lui permet d’ambitionner la victoire même sur les terres les plus hostiles. Le turnover n’est plus une source d’inquiétude, sauf pour les adversaires d’Agen. Le SUA doit maintenant confirmer en ne se mettant pas tout seul en difficulté par ses périodiques baisses de régime.

Une équipe qui s’accroche

Au Parc des sports et de l’amitié, cela pourrait ne pas pardonner. Ne vous fiez pas à la trompeuse treizième place des hommes de Christian Labit. Après un premier bloc très compliqué (quatre défaites pour une victoire), les Orange et Noir ont redressé la barre signant trois succès consécutifs au cœur du mois d’octobre. Ils ont notamment mis fin aux deux années d’invincibilité de Vannes au stade de la Rabine et corrigé Mont-de-Marsan (35-14). « C’est une équipe qui s’accroche, qui ne lâche rien, analyse Mauricio Reggiardo, l’entraîneur des avants du Sporting. Ils jouent et courent beaucoup. Il nous faudra donc être très vigilants. » Si le RCNM semble à bout de souffle comme en témoigne sa déroute à Montauban, son manager a déjà assuré dans les colonnes de l’Indépendant qu’il y aurait « du sang sur le maillot ». Narbonne joue déjà son maintien. Un scénario jamais facile à appréhender. Il faudra se méfier de l’inusable capitaine Etienne Herjean en troisième ligne et du premier centre australien Clint Eadie, capable de tous les exploits. La difficulté en mêlée des Audois peut être la clé de la rencontre.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés