Après le blocage, l’espoir


L’actionnaire majoritaire, Gianpierro Colla, s’est engagé mercredi dernier en signant un protocole de sortie de crise soumis par les syndicats. L’Italien se serait montrer enclin à reprendre l’usine avec un projet industriel à la clé.
Ce dénouement intervient après une semaine où l’usine fuméloise était bloquée par ses 130 derniers salariés qui s’étaient mis en grève générale illimitée. La situation n’est pas inédite pour l’usine emblématique du Fumélois qui a compté plus de 3 000 ouvriers dans les années 70. Mais le dernier blocage de la sorte avait eu lieu il y a plus de 20 ans, en novembre 1993, et s’était terminé par un affrontement entre les salariés et les CRS !

Complètement abandonnés
Si les salariés de l’intersyndicale en sont arrivés là, c’est parce qu’« ils se sentent complètement abandonnés », comme l’explique William Boucharel, l’un des délégués syndicaux de la CGT locale. « Plus personne ne veux s’occuper de nous, ni l’Etat, ni les politiques, ni l’actionnaire qui s’est déjà lancé dans une autre reprise à la Souterraine et néglige Métaltemple », disait-il au plus fort de la crise.
Placé en redressement judiciaire en novembre 2013 depuis déjà 11 mois, Métaltemple avait peu de chance de trouver une solution miracle avant la date butoir du 19 janvier où le tribunal de commerce de Chambéry devra se pencher sur son sort.
« Si l’on mène cette action, c’est pour trouver une solution et retrouver de l’espoir » rajoutait William Boucharel entouré des grévistes. En effet, les syndicats ont également obtenu gain de cause sur l’une des revendications principales : « Réunir une table ronde entre les services de l’Etat, les politiques et l’actionnaire principal afin que chacun prennent ses responsabilités pour sauver l’entreprise ». Cette rencontre aura lieu trois jours avant l’audience au tribunal de commerce.
Du côté de l’administrateur judiciaire et de maître Saint-Pierre, venu en visite vendredi pour jauger le mouvement, la vision du dossier est différente : «  Il faut reprendre le travail pour que le 19 janvier prochain, le tribunal bascule dans le bon sens. ». Ce dernier aurait des informations laissant à penser que Caterpillar, client historique de Métaltemple, reviendrait en janvier prochain remplir le carnet de commande de l’usine…

Trouver des clients
Cela serait évidemment une bonne nouvelle, mais pour William Boucharel « il y a beaucoup trop de « si » dans le discours de Me Saint-Pierre ». En tous cas, il faudra, pour convaincre le tribunal de commerce de ne pas liquider Métaltemple, que l’actionnaire ou un repreneur pose sur la table un projet avec des commandes à la clef.
Et c’est bien cela qui inquiète le plus les salariés : « Il faut trouver des clients et il n’y a aucune force commerciale sur place. De plus, notre principal client, Iveco, a sans doute peu goûté l’augmentation de 40% que lui a imposée l’actionnaire pour refaire sa trésorerie. Restera-t-il ou ira-t-il chercher un autre fournisseur ? On peut légitimement se poser la question » conclue William Boucharel.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés