Artisanat // Deux ministres pour un anniversaire


«C’est une journée qui marquera le CFA. » Philippe Bazzoli, président de la Chambre des métiers de Lot-et-Garonne ne cachait pas sa satisfaction d’être à la tête d’une institution cinquantenaire, « la première de France » créée avant même que le décret d’application ne paraisse en 1971…  Et tant qu’à faire, pour célébrer ce quinqua, autant mettre les petits plats dans les grands. Ce dont s’est occupée une partie des 700 apprentis en formation à Agen qui a fait montre de son savoir-faire pour dresser les plateaux destinés aux invités.

« Partager son expérience »

Un cortège qui comptait en ses rang deux ministres, des parlementaires de Lot-et-Garonne, des élus locaux (Département, Région) et le préfet. Cette délégation s’est rendue dans les laboratoires flambant neufs du pôle alimentaire pour une inauguration officielle.
Carole Delga, secrétaire d’Etat à l’Artisanat, et Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, ont ainsi pu échanger avec les apprentis et leurs maîtres. « La filière de l’artisanat est une voie d’excellence, surtout quand elle permet de partager son expérience », a souligné la ministre.

Développement et « freins »

Entre deux montages de petits-fours et deux coups de couteau pour les futurs bouchers, les responsables de la Chambre des métiers ont pu faire part du dynamisme de certaines filières, comme celle des métiers de bouche ou de la boucherie en particulier. « C’est peut-être l’effet Masterchef », tente d’expliquer le président consulaire, qui répète également que cette hausse d’effectifs n’est pas générale. « On a eu très peur pour cette rentrée, mais on a limité la casse avec un effectif juste un peu en baisse. » Et de reprendre. « L’objectif de 500 000 apprentis, c’est faisable, mais pas quand on nous met des freins ou des réglementations partout. »
Message reçu par les membres du Gouvernement qui n’étaient pas venus les mains vides. En effet, un encadrement plus strict sur les auto-entrepreuneurs, un assouplissement des règles sur le travail en hauteur et une prime supplémentaire pour les artisans faisaient partie des annonces. « On gagne des petites batailles, conclut Philippe Bazzoli, mais pas encore la guerre. » Au moins le message est passé.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés