Barbaste // Les nus d’Alphonse Legros


Depuis le 1er novembre, l’association William Blake, présidée par André Furlan, propose une exposition des oeuvres originales d’Alphonse Legros, sur le thème « Nus de l’époque victorienne », au moulin des Tours à Nérac, aux portes de Barbaste. Les bénévoles de l’association y accueillent le public du vendredi au lundi, de 11 h à 17 h, jusqu’au 31 janvier 2015. Le tarif d’entrée est fixé à 5 € et à 2,50 € pour les enfants.
Devant le succès de l’exposition Blake qui a eu lieu l’été dernier à Nérac, l’association a décidé de présenter d’autres maîtres des arts, afin d’inciter le public à découvrir les oeuvres d’artistes qui sont, d’habitude, réservées aux grands musées et autres galeries d’importance. Les Lot-et-Garonnais auront donc plaisir à voir une cinquantaine d’oeuvres, pour la plupart des nus de l’époque victorienne.

Un artiste accompli

Né en 1937 à Dijon, Alphonse Legros a fréquenté, à son adolescence, l’école des Beaux-Arts de Dijon et fut apprenti chez Me Nicolardo, peintre d’images, pour se former au commerce de la peinture avant d’aller à Paris, où il occupa de petits emplois chez les artisans d’art. Il entra à la Petite Ecole de dessin dirigée par Horace Lecoq des Boisbaudran où il fit la connaissance de Jules Dalou, Auguste Rodin et Henri Fantin-Latour et côtoya le peintre américain Whistler. Alphonse Legros s’installe à Londres en 1863 et obtient la nationalité britannique. Enseignant à l’University College de Londres, il a marqué l’art du dessin au Royaume-Uni à la fin de l’époque victorienne. Il deviendra peintre, graveur, sculpteur, portraitiste et médailleur français, ce fut un artiste complet.
Ne souhaitant pas tout dévoiler du parcours de ce talentueux personnage, nous laisserons aux lecteurs le plaisir de le découvrir en se rendant à l’exposition du moulin des Tours, soutenue par la Communauté des communes du Val d’Albret, Nathalie Claveau Concept et la Jardinerie Dulong.

Cathy Montaut

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés