Assurance maladie // Bénédicte Samson au chevet de la CPAM

Valérye Guillon et Bénédicte Samson

Les fraudes surveillées
La direction de la CPAM 47 a communiqué les chiffres des fraudes aux prestations sociales. « Nous sommes comptables de l’argent publique », a martelé la nouvelle directrice. Et la lutte contre ces pratiques sera renforcée, une tendance qui est confirmée par le nombre en hausse de dossiers traités. Le bilan fait apparaître une évolution des cas de fraudes de 47% entre 2012 et 2013, passant de 65 dossiers à 96. Les sommes indues se montent donc pour l’année passée à 358 242€, en baisse tout de même par rapport à 2012. Les professionnels de santé représentent un tiers des cas, pour une somme de 239 443€ (-42% par rapport à 2012). Les particuliers indélicats ont perçu moitié moins que les professionnels (118 979€), ce qui représentent tout de même une hausse de 50% de dossiers traités. Une conséquence du renforcement des contrôles.

Arrivée de Limoges en mars dernier pour prendre la direction de la Caisse primaire d’assurance maladie de Lot-et-Garonne (CPAM 47), Bénédicte Samson a suivi les mouvements sociaux qui ont émaillé les derniers mois de 2013. Les agents de l’assurance maladie étaient entrés en conflit avec leur ancienne hiérarchie devant la dégradation de leurs conditions de travail. « Le conflit est suspendu pour l’instant, explique-t-elle, mais j’avais pu suivre ces évolutions dans la presse. »
Celle qui se définit comme une femme de dialogue avait donc convié les médias locaux cette semaine pour se présenter et évoquer les mesures qu’elle compte mettre en place pour « rendre le service public plus performant, que ce soit pour les usagers ou pour les employés ».

Diagnostic avec les employés
C’est donc avec un nouvel état d’esprit que Bénédicte Samson a pris le pouls de la CPAM 47. La concertation avec les représentants des élus a débuté dès sa prise de fonction. Rénover les locaux, promouvoir la parole et l’écoute entre la base et la direction… Les pistes de travail sont nombreuses pour calmer la grogne au sein du village CPAM 47 de quelque 270 âmes. La consultation s’achèvera en juin, histoire de ne laisser aucune question sur le bas-côté. Décrié pour son manque de communication, l’ancien chef des lieux a laissé sa place à une nouvelle génération qui ne veut pas occulter les difficultés. « Et les premiers retours sont positifs, assure la directrice, nous sommes satisfaits de l’implication du personnel. »

Accompagner les usagers
Et elle aura besoin de toutes les forces vives pour mener à bien l’ambitieux plan qui vise à promouvoir les « valeurs » de l’assurance maladie : « solidarité, neutralité et égalité de traitement ». Une tâche rendue plus compliquée par les coupes budgétaires auxquelles sera soumis l’organisme mais qui n’empêche pas la directrice de fourmiller d’idées. « Nous voulons aider les personnes les plus vulnérables, lutter contre le non-recours aux soins, les ruptures professionnelles. Nous devons aller au-delà des usagers. » Avec, par exemple, la simplification administrative des courriers. Une volonté de dialogue, prise au pied de la lettre en quelque sorte.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.