Un bilan social au beau fixe pour la majorité


Ce dernier conseil municipal, avant deux mois de coupure, a débuté en salle des Illustres par une présentation du bilan social des agents de l’administration commune (Ville + Agglo) par Mohammed Fellah, adjoint chargé des Ressources humaines. Réclamés en particulier par l’opposition municipale et présentés une première fois en conseil d’agglomération la semaine dernière, ces chiffres, évaluant la mutualisation des services des deux collectivités effective depuis 2015, sont plutôt satisfaisants. Actuellement, l’administration ville/agglo compte 959 employés dont 917 en équivalents temps plein (81%). Plus de la moitié d’entre eux (52%) sont affectés au service technique, 22% à l’administratif, 8% à l’animation, 6% à la culture et au social, 2% au médico-social et 1% aux sports. La parité est quasi-respectée puisque 51% des permanents sont des hommes. Cependant la pyramide des âges est complètement inversée puisque l’âge moyen des titulaires est de 47 ans et que, d’ici fin 2020, 90 agents auront plus 62 ans. Si cela démontre que l’administration commune arrive à conserver sur la durée ses meilleurs éléments, ce vieillissement pose la question du renouvellement des effectifs, comme l’a souligné Mohammed Fellah : « Dans dix ans, plus d’un tiers des agents partira à la retraite, ce qui nous oblige d’ores et déjà à réfléchir sur l’avenir des services rendus à la population. »

Des agents mobiles et moins en grève

Cette mutualisation a été décidée en réponse à la baisse des crédits de l’Etat et autres aides départementales pour réaliser des économies de charge et de masse salariale, celle-ci pesant 53% du budget de fonctionnement de l’administration commune soit près de 40 millions d’euros. « De 2014 à 2017, les effectifs globaux ont baissé de 2,5% avec une diminution du nombre de fonctionnaires titulaires (777 en 2017 contre 864 en 2014) mais une augmentation d’agents contractuels (182 contre 120), détaille l’élu en charge des Ressources humaines. Mais parallèlement, la masse salariale a progressé de 3%, ce qui s’explique par des avancements d’échelons et des augmentations de certains points d’indice. » Celle-ci reste cependant maîtrisée puisqu’elle est de 1,5% alors que pour les EPCI comparables, l’augmentation est de 4 à 5%. L’autre point positif souligné par ce rapport est la mobilité interne, permettant justement de maîtriser la masse salariale. Grâce notamment à la création de la Bourse de la mobilité le 1er janvier 2017, sur l’Intranet de l’administration commune, qui permet aux agents de consulter les annonces et de postuler. En 2017, 64 d’entre eux ont changé de poste ou de service, c’est bien au-delà de la moyenne nationale.

Ce bilan social apprend également que le taux d’absentéisme (9,7%, niveau comparable à la moyenne nationale) et le nombre de jours de grève (411 jours en 2015, 219 en 2016 et 169 en 2017) ont chuté ces trois dernières années. Enfin, seule ombre au tableau, s’agissant des travailleurs handicapés, les chiffres ne sont pas satisfaisants puisque seulement 47 agents sont à dénombrer dans l’administration commune et le taux légal de 6%, imposé par la réglementation pour les collectivités de plus de 20 agents ETP n’est donc pas atteint (4,95 % en 2017). Un manquement engendrant des pénalités annuelles de près de 57 000 euros à la collectivité. 

Simon Galinier

Brèves de conseil

A l’unanimité, le conseil municipal a voté pour l’exonération de la redevance terrasse pour les 21 établissements disposant de terrasses et impactés par les travaux du boulevard Carnot. 8 000 € au total sera versé en compensation. Par ailleurs, les plus belles façades du boulevard Carnot, en cours de réaménagement, seront mises en lumière, avant la fin de l’année, avec le consentement de chaque propriétaire des immeubles concernés.

Le maire Jean Dionis du Séjour a officialisé le déménagement de l’IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) dans les locaux de la Macif, à côté de la Fac du Pin, pour la rentrée 2019. L’ouverture d’une première année commune aux études de santé (Paces) est également en bonne voie.

La politique tarifaire dans les cantines et garderies agenaises est revue pour la rentrée prochaine. 81% des familles bénéficieront d’un tarif identique, 5% verront leur tarif baisser et 13% verront leur tarif augmenter. En outre, le conseil municipal a renouvelé son soutien financier aux enfants scolarisés dans le privé, en matière de restauration scolaire. Ces derniers bénéficieront du même régime d’aides que leurs homologues inscrits dans le public.

Une exposition centrée sur Goya se déroulera au musée des Beaux-Arts à l’automne-hiver 2019 pour un budget prévisionnel global de 500 000 € dont 150 000 € à charge de la Ville d’Agen.

La Ville a décidé de céder le bâtiment de l’ancien Centre médico-psycho-pédagogique (situé 80 avenue Jean-Jaurès) à un promoteur immobilier toulousain pour la somme de 420 000 €. Ce dernier doit réaliser un hôtel 4 étoiles d’une quinzaine de chambres.

Une subvention d’équipement de 28 994 € a été attribuée à l’ADEM Florida, pour l’aider à financer son programme de rénovation et de modernisation de ses équipements, en particulier son pont de scène.

Une délégation composée de quatre élus et deux agents administratifs se rendra en Côte d’Ivoire, du 28 septembre au 5 octobre 2018, pour une mission exploratoire en vue d’engager la Ville dans un projet de coopération décentralisée avec la commune de Djebonoua.

L’aménagement par l’Etat d’un Trésor dans la cathédrale Saint-Caprais a été validé. Cela permettra de valoriser les collections rassemblées dans cette édifice depuis plusieurs centaines d’année

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés