Boé // Le soleil vert en plein développement


Depuis la rocade, on les surplombe et les toits en verre ont de quoi surprendre. Boé et Saint-Pierre de Gaubert ont vu  sortir de terre deux serres agricoles recouvertes de plus de 27 000 m2 de panneaux photovoltaïques. Le projet est né d’un partenariat entre Fonroche et la ville de Boé, un projet qui offre de nouvelles perspectives aux exploitants agricoles lot-et-garonnais.

La génèse

En 2007, la municipalité de Boé et son maire, Christian Dézalos sont saisis d’une demande d’installation sur les terres agricoles de Saint-Pierre de Gaubert, pour une ferme de panneaux photovoltaïques… Les agriculteurs du cru en ont vent et alertent leur édile : « La ferme devait s’étaler sur 20 hectares » se souvient Christian Dézalos. « Vingt hectares de panneaux au sol, destinés uniquement à fabriquer de l’énergie. Un agriculteur boétien m’a exhorté de ne pas accepter car c’était se priver durant loongtemps de terres agricoles ». Christian Dézalos l’écoute mais ne compte pas laisser pour autant les terres en friche. La piste du photvoltaïque l’interpelle et il se met alors en relation avec l’entreprise Fonroche, en plein développement : « Nous avons alors élaboré un projet compatible avec la vision de développement durable que porte Boé » ajoute Christian Dézalos.
Pour Fonroche, Boé est une belle opportunité à ne pas laisser s’échapper. En 2011, le permis de construire est obtenu pour deux serres agricoles sur six hectares : « Ces serres sont mises à disposition des agriculteurs porteurs de nouvelles productions » explique Jean-Jacques Arribe, directeur général de Fonroche investissement. «  Les serres vont être proposées en petits blocs. Nous avons déjà des projets concernant des cultures de ginseng, de maraîchage et de spiruline, une algue qui sert dans l’agra-alimentaire ». Fonroche souhaiterait que quatre à cinq exploitants différents prennent place au sein des serres : « Les premières cultures devraient être visibles au premier semestre 2015. Car, une fois la serre livrée, il reste encore aux agriculteurs à installer leurs équipements » ajoute Jean-Jacques Arribe.

Une filière d’avenir

Ce dernier l’affirme : les serres photovoltaïques sont une chance pour l’agriculture lot-et-garonnaise et française et Fonroche compte bien participer au mouvement de croissance : « Nous sommes actuellement en pourparlers avec de grands groupes dans l’agro-alimentaires. Ces derniers recherchent aujourd’hui des produits labellisés et de qualité, estampillés développement durable pour leur image de marque. Nous sommes dans la droite lignée de leur desiderata. Nous souhaitons surtout les mettre en relation avec les agriculteurs qui prendront place sous nos serres et ainsi créer un cercle vertueux autour d’une filière ». De même, Fonroche est désormais en lien avec le lycée agricole de Sainte-Livrade et ainsi sensibiliser les agriculteurs en formation à la culture sous serre, un domaine bien spécifique.
Les serres de Boé devraient ainsi créer cinq à six emplois par hectare. Contre l’investissemende plus de 11 millions d’euros, l’enteprise Fonroche, elle, récupère la vente de l’énergie générée par les serres : « Le kilowatt se revent actuellement entre 15 et 18 centimes… Ce genre de serres est un investissement qui court sur dix-huit ans ».

Annabel Perrin

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.