Bonaguil, un vaisseau de pierre sur un éperon rocheux


1271, c’est l’année de départ de l’histoire du château de Bonaguil. En tout cas, c’est à cette date-là qu’un document officiel parle pour la première fois du « Vaisseau de pierre » du Fumélois. Construit sur une aiguille rocheuse, il en prend le nom de « Bonne aiguille » qui se transforme peu à peu en Bonaguil.

La bonne aiguille

Le château primitif est sans doute modeste avec une tour en éperon, une cour avec son puits et un logis. Au 15e siècle, sous le règne de Louis XI, c’est le puissant Béranger de Roquefeuil qui va consacrer plus de trente ans de sa vie à faire de Bonaguil la forteresse que l’on peut encore aujourd’hui deviner. Issu de l’aristocratie du Quercy et du Rouergue, ce dernier a de l’ambition pour son château et le dote d’une barbacane, de plusieurs tours, de sept pont-levis, d’une chicane, d’une casemate, de canonnières et d’un moineau percé de meurtrières en faisant ainsi un château fort bien défendu !
N’ayant jamais été attaqué, Bonaguil est repensé pendant la seconde moitié du 18e par Marguerite de Fumel qui l’acquiert en 1761. Le château devient une grande maison de campagne. Marguerite supprime une partie des défenses, aménage une esplanade, remplace les ponts-levis par des ponts en pierre et surtout réaménage les appartements seigneuriaux à la dernière mode. Elle décède juste avant la Révolution française qui sera dramatique pour le château. En effet, une loi Lakanal de 1793 donne l’ordre de décapiter les tours et de débarrasser l’ensemble « de ses bois et fers ». La demeure tombe à l’abandon et subit plusieurs pillages.

Des visites dès les années 50
La mairie de Fumel en prend possession en 1860. Deux ans plus tard, l’édifice est classé aux monuments historiques. Le site commence à se visiter dès les années 50. En 1972, des archéologues découvrent des traces de graffiti sur les murs intérieurs de la grosse tour. En 1976, d’autres fouilles menées par Gilles Seraphin, Daniel Frugier et Michel Egretaud permettent la découverte d’un riche dépotoir plein d’objets de la vie quotidienne situé sous la Barbacane. La commune de Fumel met en place un programme  d’entretien et de gros travaux qui, entre 2002 et 2015, verront le château retrouver une seconde jeunesse.
Bonaguil est devenu au fil des ans le site patrimonial le plus visité en Lot-et-Garonne. Ainsi, En 2016, 65 539 visiteurs s’y sont baladés dont presque 30% d’étrangers. On peut découvrir le lieu soit de façon autonome à son rythme à l’aide d’un parcours fléché soit de mars à octobre avec l’aide d’un guide qui vous racontera l’histoire du château. Des visites en anglais et en néerlandais sont proposées en juillet et août. Le site est bien sûr également ouvert aux groupes sur réservation. L’équipe de Bonaguil propose enfin à l’attention des scolaires des ateliers didactiques de la maternelle jusqu’au collège.
Pendant la saison touristique, de nombreuses animations égayent la vie du château : fête médiévale, nocturnes contées et chasse au trésor. Et bien sûr, le magnifique festival de théâtre de Bonaguil qui a lieu traditionnellement la première semaine du mois d’Août. Les spectateurs s’installent dans les fosses de ce petit Avignon et profite à la fois des spectacles de grande qualité et de la beauté du château !

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés