Bons Béziers d’Agen


Dans une Pro D2 où les surprises à l’extérieur sont assez rares pour ne pas se compter sur deux mains, l’esprit de revanche n’est pas des plus prononcés. Perdre en terre hostile n’est jamais vraiment dramatique. Mais l’ombre de cet après-midi du 28 août 2016 hante toujours les âmes agenaises. Ce jour-là, la deuxième division reprenait ses droits, Agen débarquait de Top 14 dans un costume de favori mais c’est bien Béziers qui dispensait la leçon de rugby. Complètement dépassés au stade de la Méditerranée, les joueurs du Sporting sont repartis de l’Hérault avec les joues (et les fesses) toutes rouges. « On a payé le fait d’avoir pris la réception d’Albi comme véritable point de départ de notre saison », admet le manager suaviste Mathieu Blin. Avec cette attitude, le SUA LG ne pouvait que concéder le point de bonus offensif à son adversaire. Un camouflet que les coéquipiers d’Antoine Erbani s’évertueront par la suite à ne plus subir. Les doutes sur la capacité du club lot-et-garonnais à retrouver les sommets se sont alors vite dissipés.

Béziers remonte la pente

Au contraire, l’ASBH n’a pu capitaliser sur ses tonitruants débuts. Le passage aux conditions automnales s’est révélé fatal aux Biterrois. Neuf défaites en dix matchs entre octobre et décembre. « C’est propre à leur jeu offensif », confie l’entraîneur des lignes arrières Stéphane Prosper, finalement pas si étonné de la situation qui aura tout de même poussé Manny Edmonds et Romain Carmignani dehors avant la trêve. Un sursaut salutaire puisque Béziers s’est éloigné de la zone rouge avec trois victoires bonifiées et une sortie tout sauf ridicule à Oyonnax pour attaquer l’année 2017. « Le changement de staff commence à porter ses fruits. David Aucagne et David Gérard sont en train de rasseoir une certaine confiance. Ils sont seront dangereux, sans aucun doute », analyse Mathieu Blin. La dynamique parle en tout cas pour eux, plus que leur treizième rang au classement de Pro D2.

Endiguer l’indiscipline

Mais Agen n’est pas en reste. Fort de son succès tout en maîtrise contre Bourgoin il y a deux semaines (34-0), le SUA a montré qu’il pouvait contrôler les événements de la première à la dernière minute. Ce qui n’est pas souvent arrivé cette saison. « Il nous manque encore un match référence mais on sait que les joueurs en sont capables. On va tenter d’aller chercher un niveau que l’on n’a pas encore atteint. En passant de la treizième défense du championnat à la septième, on a montré que l’on pouvait progresser. Béziers sera d’ailleurs un révélateur de notre défense. Cependant, il ne faudra pas tomber dans le piège de la surintensité et contrôler notre indiscipline. On est encore trop pénalisés », souligne le manager Agenais. Ce dernier devra encore se passer de nombreux éléments, blessés ou retenus en sélection, pour composer son groupe. Mais au sein de cet effectif, l’état d’esprit ne souffre pas du turnover. Les joueurs sont prêts à garder Armandie inviolé et à renvoyer l’ASBH chez elle avec de bons baisers d’Agen.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés