Bricomarché déménage à Saint Vite


Romain Sort, en bon joueur de rugby qu’il a été, est un combattant. En effet, né à Villeneuve-sur-Lot, il a débuté par le jeu à treize qui l’a conduit jusqu’en équipe de France. Le Quinze l’a ensuite accueilli et il y a connu de nombreux clubs comme Bergerac ou Fumel. Après sa carrière sportive, il change de vie et entre à l’école des Mousquetaires en 2007. « Comme sur le terrain, j’avais la volonté de devenir un leader. Nous avons alors tout mis en œuvre avec mon épouse Carole pour devenir nos propres patrons », explique-t-il.

Déménager vers un axe porteur

En 2010, après plusieurs postes de direction, l’enseigne lui propose de racheter le magasin de bricolage de Montayral alors en difficulté. En bon sportif, il relève le défi : « On a beaucoup travaillé ces dernières années avec les vingt salariés de la structure pour épurer les stocks et pour redonner une bonne image à notre magasin. Une entreprise de proximité à taille humaine qui propose un bon rapport qualité-prix dans la droite ligne des valeurs de notre enseigne ». Cependant, malgré les efforts réalisés, le chiffre d’affaires est en légère régression et l’adhérent décide de déménager son entreprise vers un axe plus porteur sur la rocade fuméloise. Après un long combat administratif, (voir l’interview de Daniel Borie ci-dessous), le projet va voir le jour en début d’année prochaine. Les travaux vont être lancés à la fin du mois de juillet. Bricomarché sera au centre du nouvel espace situé au niveau du rond-point qui mène à Liboussou d’un côté et à Tournon d’Agenais de l’autre. Le lieu est stratégique avec ses 15 000 véhicules par jour. « Quatre modules d’environ 250m2 accueilleront également de nouvelles enseignes pas encore présentes sur le Fumélois. » ajoute Romain Sort.

Des enseignes nationales

Même si aucun nom n’est encore confirmé, on parle d’entreprises nationales d’équipement de la personne, d’habillement, et d’une restauration en service à table. « L’objectif, c’est que les Fumélois trouvent sur place tout ce dont ils ont besoin. Nos concurrents sont à Cahors, à Agen et à Villeneuve-sur-Lot », précise l’entrepreneur. Une nouvelle station-service d’essence sera la tête de gondole de l’ensemble commercial : « Elle sera gérée par le magasin Intermarché qui reste à son emplacement actuel. Une étude est en cours pour retraiter le bâtiment actuel du Brico avec une restructuration des parkings ». Romain Sort indique également que le projet « va créer des emplois sur le nouveau bâtiment qui s’étaleront sur les trois années à venir. Il s’agit d’un projet privé qui est entièrement financé par le groupement et par moi-même. Contrairement, à ce que j’ai pu entendre, il n’y aura pas d’aides publiques. En septembre, on en saura plus sur les enseignes qui participeront à ce projet. »

Interview // Daniel Borie : « C’est un projet privé »

Interview de Daniel Borie, maire de Saint-Vite, qui revient sur les méandres judiciaires qu’aura été le déplacement de Bricomarché de Montayral vers Saint-Vite…

L’Hebdo : Le premier projet de déplacement de Bricomarché date de 2013. Pourquoi la procédure a-t-elle aussi longue ?
Daniel Borie : Elle a été attaquée au tribunal administratif de Bordeaux par les concurrents de M. Sort. En effet, le premier projet a été déposé en 2013 et pour le ralentir, les Sociétés Ferchimo et Angeline ont demandé l’annulation du POS de Saint-Vite. Cette requête a été rejetée le 27 janvier 2015. Le permis de construire pour la création de la station-service et la création de quatre modules commerciaux pour 980m2 a ensuite été accordé. Les deux mêmes sociétés et deux autres, la Sogerem et le château du Boscla, l’ont contesté devant le tribunal administratif pour finalement se désister en juin 2015. Les procéduriers ont été condamnés à verser à la commune 1 200€.

L’Hebdo : Quid du déménagement en lui-même ?
D. B. : Bricomarché a déposé une demande pour le transfert des 3000 m2 de surfaces commerciales de Montayral à Saint-Vite. La demande a été validée par la CDAC (commission départementale d’aménagement commercial) où seul le représentant de Fumel sur 10 électeurs a voté contre. Pourquoi… ? Fumel Communauté avait validé ce projet à l’unanimité et son président est le maire de Fumel. Logique incompréhensible en fonction du mandat ! Le permis de construire a été validé au final le 28 décembre 2015 et depuis n’a plus fait l’objet de nouvelles attaques. J’ai soutenu M. Sort dans ses démarches parce que je crois en ce projet pour le Fumélois même s’il faut le rappeler c’est avant tout un projet privé. Enfin on parle d’ouverture et non plus de fermeture et c’est bon pour le moral.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés