Camille Baney, à la recherche de l’équilibre


Remettre d’aplomb des corps meurtris, telle est la spécialité de Camille Baney. Cette jeune ostéopathe a choisi « sa ville », Agen, pour exercer ses talents. Bien lui en a pris. Elle s’occupe aujourd’hui, entre autres, de l’équipe première du SUA. Une belle opportunité à seulement 23 ans.
Avant cela, elle faisait ses études au collège ostéopathique Sutherland de Bordeaux, une formation quinquennale réputée. « Vers 12 ou 13 ans, je suis allée voir un ostéo pour des problèmes personnels et j’ai trouvé ça magique ! », raconte Camille. « Ça », c’est la faculté de ces praticiens à « retrouver l’équilibre du corps ». Sa vocation était toute trouvée, tout comme sa sensibilité, l’un des points les plus importants. « Certains font beaucoup craquer. D’autres préfèrent la manière douce. Je me situe entre les deux selon les situations. Les manipulations peuvent sembler impressionnantes quand on est patient, mais les résultats sont probants. En particulier pour des maux ponctuels et aigus », explique la jeune femme. Elle ne compte déjà plus les personnes franchissant la porte de son cabinet cours Victor-Hugo complètement bloquées avant d’en ressortir légères et libérées

« Tout le monde est concerné »
Et trois-quatre fois par semaine, les joueurs professionnels du Sporting peuvent profiter de sa présence à Armandie pour soigner leurs bobos. « Je me suis dirigée assez tôt vers ce milieu sportif. J’ai travaillé pour une salle de sport ainsi qu’une équipe de football avant de tomber dans le rugby. C’est très enrichissant de collaborer avec le haut-niveau, qui plus est dans une discipline aussi traumatique », ajoute Camille. Mais les athlètes ne sont pas sa seule cible. D’ailleurs, selon elle, tout le monde est concerné par le travail de l’ostéopathe : « On peut avoir des problèmes sans s’en rendre compte. Le corps s’adapte en permanence et peut prendre de mauvaises postures. On est plus sédentaires avec beaucoup de travail devant un ordinateur et des trajets en voiture. L’être humain n’est pas fait pour rester assis toute la journée. Chaque personne devrait consulter environ deux fois par an pour faire un bilan. » La salle de torture est ouverte sur rendez-vous. Pour votre bien.

Dimitri Laleuf

95 cours Victor-Hugo 47000 Agen
Sur rendez-vous 06 08 15 87 45

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés