Carnet de campagne // européennes 2014


Le chemin de croire

Michèle Alliot-Marie, José Bové, Louis Aliot pour les plus connus. Joseph Buisson ou encore Philippe Marty étaient aussi de la partie de campagne. Mais à moins d’être un europhile assidu, l’électeur lambda ne les connaît pas vraiment. Et pourtant, ils étaient tous venus avec un seul but : convaincre de voter pour leur liste aux Européennes. Le résultat de la mobilisation ne devrait pas tarder mais le premier constat que l’on peut tirer n’est pas flamboyant, « si vous me trouvez un candidat qui a fait 500 personnes lors d’un meeting, il faudra me le présenter », relève Muriel Boulmier.
La conseillère municipale agenaise et deuxième de la liste des centristes, a battu le pavé sans relâche pour une institution qu’elle défend corps et âme. « Mes convictions européennes ne datent pas de maintenant », ajoute-t-elle. Petite pique adressée aux collègues pour qui le strapontin strasbourgeois représente un pansement après moult revers électoraux sur la scène domestique.

L’Europe, ce chemin de croix
Michèle Alliot-Marie était elle venue avant le début de la campagne officielle à Agen puis dans tout le département. La tête de liste UMP a serré des mains, visiter des marchés et des entreprises. En une journée elle a sillonné le Lot-et-Garonne avant de repartir vers l’un des dix-sept départements de l’eurorégion grand Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) .
Un marathon qui n’aide pas à un ancrage local. Les politiques doivent composer avec ces règles, ce qui n’aide pas quand on a un déficit de notoriété à combler. Le chef de file de Nouvelle Donne, Joseph Buisson, a visité chaque jour un nouveau département. De passage à la Maison de l’Europe à Agen la semaine dernière, il a rappelé ses recettes pour se faire un nom et une place dans le paysage politique. « Parler vrai, pour rapprocher les gens d’une Europe qui est devenue tellement technocratique. »

Rendez-vous confidentiels
Le FN ou le PS ont aussi dépêché leurs représentants. Mais les réunions publiques se sont vite transformées en sauteries privées devant le manque de visibilité du rendez-vous.
Ce qu’a bien compris José Bové. Le Vert en chef, accompagné de Maryse Combres candidate lot-et-garonnaise chez les écologistes, a passé un savon aux journalistes présents lors de sa venue. « Il faut dire aux rédacteurs en chef de consacrer une page par jour à l’Europe ».
Les électeurs auront donc l’occasion de dire à leur tour tout ce qu’ils pensent de l’Union européenne dès ce dimanche.
Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.