Ce Lou qui fait peur !


Annoncé avec une équipe amoindrie le week-end dernier au Racing, le Lou a réalisé la très belle affaire de cette 6ème journée en s’imposant à Colombes (17-20). Une deuxième victoire de la saison à l’extérieur pour la bande à Mignoni, après son succès inaugural au Stade Français, qui fait d’elle la meilleure équipe de ce début de championnat à l’extérieur. A l’instar de deux autres concurrents au top 6, La Rochelle et Pau, qui sont déjà venus s’imposer à Armandie, les Lyonnais viendront, c’est certain, sur les bords de Garonne avec des ambitions et avec l’idée de frapper à nouveau un grand coup hors de leurs bases. « L’essentiel sera surtout de garder notre dynamique positive et de conserver le niveau de performance intéressant que l’on a depuis le début de la saison, tempère l’expérimenté troisième ligne Julien Puricelli. On n’a pas encore la prétention de cocher les matchs, ce n’est pas le style de la maison. On nous reprochait l’an dernier de présenter un autre visage à l’extérieur qu’à domicile. Mais cette saison, excepté le déplacement à Pau, je trouve que notre niveau de jeu a été assez équilibré sur les cinq autres rencontres. »

Sur les traces de La Rochelle ?

Les observateurs sont nombreux à faire le parallèle entre le Lou de cette saison et le Stade Rochelais de l’an passé, à savoir une équipe qui peut jouer les trouble-fêtes et bousculer la hiérarchie du championnat. C’est également le sentiment de l’arrière agenais Mathieu Lamoulie : « Lyon est l’équipe en forme du moment. Ils sont en train de réitérer ce qu’avait fait La Rochelle la saison dernière en n’étant pas trop attendus et en allant jouer les matchs à l’extérieur sans pression. Ils vont donc venir avec la ferme intention de s’imposer chez nous ». En bon capitaine, Julien Puricelli se veut quant à lui prudent : « La Rochelle est remontée en Top 14 en 2014 puis s’est maintenu et a ensuite eu des résultats assez rapides en Top 14. On ne va pas les plagier mais on va essayer au contraire de faire quelque chose qui nous ressemble. Bien sûr que l’on des ambitions mais il faut qu’elles soient tempérées aussi par le calendrier qui arrive et qui n’est jamais simple. » Aux manettes de cette success story, un bâtisseur hors pair et un meneur d’hommes méticuleux nommé Pierrot Mignoni qui vient de prolonger son bail dans le Rhône jusqu’en 2023. Depuis son arrivée en 2015, l’ancien demi-de-mêlée international a construit un projet qui a de quoi faire des émules. « Il est arrivé avec comme premier défi de faire remonter le club dans l’élite, ce qu’on a réussi à faire dès la première saison, puis ensuite de stabiliser le club en Top 14 l’an passé. Il a eu un recrutement judicieux durant ces trois années et cette saison est la suite logique de son mandat » conclut l’ancien international (4 sélections) passé par Grenoble, Castres et Bayonne.  Les Agenais sont prévenus, gare au Lou !

Simon Galinier

Les papys font de la résistance !

ls sont nombreux les trentenaires rayonnants à s’épanouir du côté de Gerland : les Attoub, Gomez-Kodela, Choirat, Menini, Lacombe, Van der Merwe, Puricelli dans le paquet d’avants et les Michalak, Beauxis, Palisson et Armitage qui retrouvent une seconde jeunesse dans la ligne de trois-quarts lyonnaise. Pierre Mignoni et son staff peuvent compter sur l’un des effectifs les plus expérimentés du championnat pour encadrer et polir le talent des jeunes loups que sont les Lambey, Oosthuizen, Crétin devant, le phénomène Couilloud à la mêlée ou encore les deux centres Regard et Bélan. Une recette gagnante que nous détaille le capitaine Julien Puricelli : « Les jeunes apportent un vrai vent de fraîcheur au sein du groupe. Ils ont réellement leur mot à dire dans l’effectif et leur investissement au quotidien fait la différence. Ils se sentent concernés par le jeu, par l’équipe et finalement ils prennent aussi le pouvoir en ayant des responsabilités dans l’équipe. C’est peut-etre pour ça que le groupe tourne à mon avis aussi bien. »

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés