Bar La Croche // Ce n’est qu’un au revoir…


«Ce fut une véritable aventure humaine ». Patrice Lhote, propriétaire du bar La Croche, vient de vendre son établissement et s’apprête à dire au revoir à ses clients fidèles ce samedi, lors d’une soirée exceptionnelle. Depuis neuf ans, date de son arrivée dans les rues de la Bastide, Patrice Lhote n’a pas seulement servi des cafés et abreuvé ses clients fidèles. Il a surtout, mois après mois, fait de La Croche, un bar particulier dans le département. Car, Patrice Lhote souhaitait, bien au-delà d’un commerce de boissons, édifier un lieu de rencontres culturelles et sociales. Le pari est réussi. Aujourd’hui, le café concert est reconnu comme un lieu de diffusion musicale ou artistique et n’est pas oublié lors des grandes manifestations culturelles de la ville, comme le Salon du livre ou le Mai de la photo : « Pour moi, la culture c’est le partage, un moyen d’échanges unique. Ici, c’est avant tout un lieu de rencontres et de lien social. C’est ce que j’ai toujours désiré faire de ce bar ». Le Landerneau musical lot-et-garonnais le sait : la Croche laisse toujours ses portes ouvertes pour ceux qui désirent venir s’exprimer sur les instruments mis à disposition au fond de la salle. Et d’aucuns se souviennent de moments importants comme le Festi’Croche où une cinquantaine de musiciens est venue jouer tout au long de la journée, tout comme les fins de soirées de fêtes de la musique, qui entre les murs du bar concert, continuaient à faire la part belle à la pratique amateur. Alors, certains auraient pu s’inquiéter que l’âme fondatrice d’un tel lieu choisisse de partir voir d’autres continents professionnels.

Lieu à l’identique
Mais pas question pour Patrice Lhote de voir disparaître avec son départ ce qu’il avait mis neuf ans à édifier : « J’ai vendu oui, mais à une personne qui n’achète pas seulement les murs. Elle reprend également le concept du lieu et si je l’ai choisie parmi d’autres candidats, c’est bien pour cette raison ». Ainsi, La Croche va perdurer malgré le départ de son père fondateur. Un départ qu’il compte mettre en fanfare, samedi soir pour un dernier baroud d’honneur avec ses amis musiciens et ses clients fidèles : « Un simple au revoir, pas un adieu car je compte bien rester ici et m’y investir d’une autre manière ». En effet, il se chuchote que ce Parisien d’origine n’aurait aucunement l’intention de repartir vers la capitale, mais plutôt de changer de profession et d’intégrer définitivement le monde culturel…
Annabel Perrin

Bar La Croche,
25 rue du collège -Soirée
d’Au revoir, samedi 31 mai
à partir de 19 heures

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.