Center Parcs :  votre avis les intéresse


Vous avez des questions ? Ils ont les réponses. Ce jeudi la presse, et ce quelques heures avant la population, a eu la primeur de l’annonce faite à l’hôtel du Département, en cette même salle où l’implantation du Center Parcs avait été dévoilée deux ans plus tôt, de la mise en place des réunions publiques. Ces séances se tiendront sur les communes qui recevront le projet (Pindères et Beauziac), ainsi que sur les territoires alentours (Casteljaloux, Marmande, Nérac, Grezet-Cavagnan). Chaque soirée sera dédiée à un thème comme la visite du site, l’environnement, l’emploi ou le financement. A chaque fois, il sera possible aux personnes intéressées d’interpeller directement les porteurs du projet, élus ou le groupe Pierre et Vacances, que ce soit en direct dans la salle ou bien sur Internet en déposant ses questions sur le site créé pour l’occasion (concertation-centerparcs-pinderesbeauziac.fr). Sur ce même site, l’ensemble des documents sera accessible.

Ouverture repoussée à 2020

Une démarche de concertation, de dialogue qui était l’un des préalables à la construction d’un Center Parcs en plein coeur de la forêt des Landes. « Nous avons voulu « lot-et-garonniser » le projet au maximum. Ces réunions ne sont pas obligatoires, a tenu à rappeler le président du Conseil départemental, Pierre Camani. Cela démontre notre volonté d’associer la population, les acteurs locaux, associatifs ou économiques. » A ce titre, plusieurs commissions de travail mixtes sont déjà sur pied et planchent sur les thèmes de l’emploi, des retombées touristiques et économiques pour les entreprises du secteur.
Le directeur du développement de Pierre et Vacances, Jean-Michel Klotz a lui aussi insisté sur le caractère inédit de la démarche de son groupe en Lot-et-Garonne. En effet, le Center Parcs de Pindères-Beauziac sera dimensionné moitié moins grand que ces prédécesseurs, pour une « meilleure intégration au paysage » et sera le premier à axer sa communication sur les atouts touristiques de la région, de quoi tordre le coup, du moins les élus l’espèrent, à l’idée de vacanciers « captifs » de la bulle. L’échéancier du programme a quant à lui été revu repoussant l’ouverture à juin 2020. Enfin si les Zadistes, nouveaux arrivants dans le dictionnaire, ne pointent pas le bout de leur nez…

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés