Cinapse, la tête pensante du cinéma lot-et-garonnais


Premier clap pour le cluster des métiers du cinéma. Et ce ne devrait pas être le dernier. Vendredi dernier Cinapse, c’est son nom, a officiellement vu le jour au centre culturel de Villeneuve-sur-Lot. Une dizaine d’entités se sont ainsi associées pour « faire du Lot-et-Garonne un pôle cinématographique attractif ». Cinapse s’inspire de son homonyme médical pour rappeler l’idée de connexion et de complémentarité entre différentes entreprises du secteur installées dans le département. « Il faut faire savoir que le Lot-et-Garonne dispose de tous les talents pour produire de A à Z un projet de fiction de qualité », explique Jean-Herbert Wzgarda, co-fondateur d’Ælementworks avec son frère Jean-Sylvain, et président du cluster. Organismes de formation, création de décors ou de costumes, location de matériel de tournage, animation, effets spéciaux… les compétences sont effet nombreuses en 47. Sans compter le principal atout du territoire : ses paysages, « beaux et variés ». Le Bureau d’accueil des tournages (BAT 47) peut se vanter d’avoir « placé le département sur la carte du cinéma français ». Depuis 2012, onze long-métrages sont venus manger de la pellicule dans nos contrées pour un total de 140 jours de tournage et 1,2 millions d’euros de retombées. « On est au carrefour de l’économie et de la culture », ajoute Hervé Bonnet, directeur de la structure.

Retombées économiques
Car si le cluster doit permettre d’enrichir le patrimoine artistique, il peut également être une source d’activité et d’emploi. « A titre d’exemple, une commande pour six épisodes d’une série génère entre cinq et dix embauches chez nous », souligne Jean-Herbert Wzgarda. La plupart du temps en statut CDD ou intermittent du spectacle. « D’où l’importance de pérenniser les tournages en local afin de fixer des emplois culturels », poursuit Hervé Bonnet. En unissant leurs forces, les dix entreprises et institutions comptent bien donner une image dynamique et compétitive de la filière aux sociétés de production parisiennes, « leur montrer qu’on peut tourner pour moins cher et dans de meilleures conditions ici » et présenter davantage de garanties techniques. « A plusieurs, on a plus de chance de faire aboutir les projets », affirme le dirigeant d’Ælementworks. Installé dans les locaux du Pôle image de Saint-Livrade, Cinapse chassera donc en meute. Preuve de l’efficacité de la démarche, une onzième société vient garnir les rangs : Film Making Production. Désireuse de développer une antenne dans le sud de la France, elle a probablement été séduite par la synergie du nouveau cluster. Le synopsis est alléchant et pousse déjà les officiels à l’optimisme, à l’image de Matthias Fekl : « Si on commence à concurrencer Hollywood… »

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés