Circulation : les gagnants et les perdants


Vingt-sept jours, treize points de contrôle et des milliers de données à déchiffrer : si vous pensiez que la piétonnisation était un casse-tête, vous n’avez pas lu les conclusions des relevés de circulation. Cinquante-quatre pages, au total, résument cette phase de test et offrent une photographie du flux automobile durant ce test. Où s’est reportée la circulation quand le boul’ de la République était piéton entre les Quatre Feux et Castex ? Cela a-t-il découragé les conducteurs ou, au contraire, entraîné un afflux vers le centre-ville remodelé ? Voici les gagnants et les perdants de cette piétonnisation, rue par rue. Les chiffres cités ont été relevés sur une période d’une semaine.

Gramont, République, Carnot et  Dumont en baisse
Premier constat, le report sur les voies extérieures comme Sylvain-Dumont, censée devenir une voie de contournement pour les véhicules qui souhaitent se rendre en centre-ville, n’a pas enregistré une hausse de circulation. C’est même le contraire passant d’environ 20 000 véhicules/semaine à moins de 10 000, des pointes à 15-16 000 ayant tout de même été enregistrées vers la fin du test. La rue Gramont, voie entrante vers le boulevard de la République a elle aussi subi une forte baisse de fréquentation. Les boulevards de la République (dans sa partie semi-piétonne en voie unique) et Carnot connaissent eux aussi une désertion avec une circulation divisée par deux, voire plus (de 26 000 à 11 000 voitures pour Carnot vers la Gare).

Lafayette, Victor-Hugo, Belfort et Alsace-Lorraine saturés
Où se reporte donc le flux ? Dans les rues adjacentes au boul’ de la République. C’était une des craintes des riverains, elle s’est confirmée. Même à la mairie, on admet qu’il y aura des « sacrifiés »… Les habitants de ces petites rues seront ravis… + 100% pour les rues Lafayette et Alsace-Lorraine et + 200% à Belfort, les chiffres sont éloquents. Pour cette dernière, le nombre de poids-lourds a grimpé de 17 avant le test à 475 entre le 9 et le 16 octobre. Des voies, étroites, qui ne sont pas adaptées à un tel afflux.

14-Juillet ne bouge pas
Le cours du 14-Juillet qui longe Palissy jusqu’à la Porte du Pin n’a pas connu un grand bouleversement. La circulation s’est établie autour de 40 000 voitures par semaine. Les commerçants craignent que ce chiffre ne démontre une volonté de la part des automobilistes « d’éviter à tout prix le centre-ville » voire même « d’aller vers les autres communes de l’Agglo (Foulayronnes, Pont-du-Casse…).

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés