Claire Pasut réclame l’inéligibilité de Pierre-Jean Pudal


Le canton livradais devra repasser par les urnes pour réélire ses conseillers départementaux. Quand ? Telle est la question… Alors que le résultat des élections cantonales a été annulé le mois dernier par le tribunal administratif de Bordeaux, Claire Pasut (PS), adversaire politique de Pierre-Jean Pudal (LR), fait appel pour obtenir l’inéligibilité de ce dernier : « L’annulation des résultats a été la reconnaissance par la justice d’une manoeuvre politique pour influencer les électeurs. Pour moi, la condamnation n’est pas complète et si je fais appel c’est pour aller jusqu’au bout de ma logique » explique Claire Pasut. Cette dernière espère donc faire reconnaître également une manoeuvre d’influence auprès « de personnes vulnérables car très âgées ». Pour rappel, le litige porte sur une distribution de colis de Noël auprès du troisième âge de Sainte-Livrade. En tant que maire, Pierre-Jean Pudal avait pris la décision d’en offrir à toute la population âgée de la commune et non plus seulement aux plus faibles économiquement. Un procédé qui intervenait peu de temps avant les élections départementales… : « Il ne peut pas plaider l’erreur de débutant. C’est la troisième fois qu’il est candidat » ajoute Claire Pasut. « Il y a 1 200 personnes de plus de 70 ans répertoriées sur la commune. Ce n’est pas rien en terme de voix électorales ».
A ce jour, le tribunal administratif a donc seulement reconnu Pierre-Jean Pudal coupable d’avoir dépensé de l’argent public pour sa campagne. « Lors de la première instance, je n’avais pas d’avocat, précise Claire Pasut. J’avais fait le travail moi-même. Aujourd’hui, ce n’est plus la même situation et j’ai assez d’éléments en main pour faire reconnaître totalement les faits ».
Face aux électeurs livradais qui pourraient penser que l’ancienne maire de la commune ferait de l’acharnement sur son ancien adversaire, cette dernière se défend : « ça c’est ce qu’il raconte. Mais la décision du tribunal d’annuler des élections est plutôt rare en France… Ce qui prouve bien que le coupable c’est lui, pas moi ! ». Pour l’instant, aucune date n’est posée pour le procès en appel.

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés