Le code de la route 2.0 chez Vial


Réviser son code sur des tablettes tactiles en libre-service, c’est désormais possible à l’auto-école Vial d’Agen. Pour se démarquer dans un marché hyper concurrentiel comme celui des auto-écoles, celle-ci a décidé de se mettre aux nouvelles technologies. « Grâce à cet outil, nos élèves peuvent suivre leur leçon de code dans leur box munis d’une tablette et d’un casque audio à n’importe quel moment, pendant nos heures d’ouverture » explique François Faure, qui a repris cette enseigne il y a dix ans.  En tout, ce sont six tablettes tactiles en libre-service qui sont installés dans cet espace code. « Ces mêmes tablettes que les jeunes retrouvent à l’examen » tient à préciser le gérant de 51 ans. En somme, cette innovation permet une répétition générale grandeur nature, dans les conditions réelles de l’examen, avant ce Jour J toujours très attendu et stressant. « Les élèves sont enchantés par l’arrivée de cet outil dernier cri. Avec cet espace code, on casse la routine des jeunes qui n’ont plus à venir à des heures fixes pour suivre leur cours d’une heure. Désormais, ils sont libres et n’ont plus d’horaires imposés. C’est à leur guise, ils peuvent aussi bien venir trente minutes que trois heures, explique cet agenais pur souche. J’avais même l’idée de faire un accès en libre-service 24h/24 via un badge, à l’instar des salles de sport, mais en termes de sécurité, c’est difficilement réalisable avec des mineurs qui ne peuvent pas se retrouver en toute indépendance ».

Une transition réussie vers les boîtes autos

Malgré cette autonomie d’apprentissage, les jeunes ne sont pas livrés à eux-mêmes puisqu’un moniteur d’auto-école est quotidiennement présent à leurs côtés pour les accompagner et répondre à leurs éventuelles interrogations. « La pédagogie reste importante. Il ne faut quand même pas totalement sortir du vieux schéma d’autrefois avec le professeur à la baguette qui explique les diapositives » rappelle François Faure. Les cours de code traditionnels par groupe avec les séries de questions sur DVD continuent également d’exister tout comme les stages accélérés sur quatre jours. En parallèle, l’auto-école de la rue René-Cassin a investi dans une nouvelle voiture. Un Renault Scénic muni d’une boîte automatique vient compléter le parc auto, qui ne disposait jusqu’alors que de deux Renault Clio munies d’une boîte manuelle, et offre la possibilité aux élèves de passer l’examen sur boîte auto. « C’est un permis plus court qui ne nécessite que 13 heures de formation initiale au lieu des 20 heures minimum obligatoires. En plus, désormais il n’y a plus besoin de repasser l’examen pour convertir son permis en boîte manuelle, puisque passé un délais de six mois, une formation de 7 heures est suffisante » ajoute le gérant de l’auto-école Vial. C’est un vrai plus quand on sait que les voitures en boîte automatique se démocratisent, après avoir souffert d’une mauvaise image dans notre pays, jugées ringardes, peu performantes, et surtout très gourmandes en carburant. C’est aujourd’hui de moins en moins le cas et l’offre explose (+25% de ventes l’an dernier contre 8% il y a dix ans). Les boîtes autos représentent désormais un quart des ventes de voitures neuves. « C’est un secteur d’avenir en plein développement. D’ici dix ou quinze ans, il n’y aura que de cela comme aux Etats-Unis » conclut François Faure.

Simon Galinier

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés