Conseil communautaire // Un système « D » poil à gratter


Le conseil communautaire d’Agen a été renouvelé à l’issue des dernières Municipales. Jean Dionis est le président d’une collectivité qui compte dans ses rangs plusieurs nouveaux maires qui ont « beaucoup observé et écouté ». En première ligne, Christian Delbrel, maire de Pont-du-Casse, Bruno Dubos, maire de Foulayronnes et Pascal De Sermet, maire de Colayrac-Saint-Cirq, battent en brèche la « gouvernance consensuelle » qui régnait jusque-là.

Les trois « D » montent au front

« On n’est pas une opposition, assure le premier magistrat cassipontin, on secoue gentiment le cocotier. » Les trois jurent fidélité et loyauté à leur président mais ne veulent pas se faire avaler par une Agglo rebaptisée « monstre administratif ». « Les maires ont besoin d’être rassurés, considérés et entendus », ajoute le vice-président foulayronnais.
Quitte à hausser un peu la voix, ou du moins ne pas lâcher le morceau. « Nous avons réalisé 126 000 euros d’économie sur le réseau des bus comme l’avait demandé le président. »

Rive droite et rive gauche

Pour le vice-président en charge des Transports, cela passe par un effort commun de toutes les villes de l’Agglo. Suivez son regard en direction de la capitale et de sa navette gratuite de  coeur de ville qui bat souvent vide… Et dont la réorganisation sauverait encore quelques subsides, mais là ça coince.
« Moi aussi mes administrés attendent que je défende leur bifteck », reprend Christian Delbrel, vite rejoint par son homologue foulyaronnais. « Ce qui est dangereux c’est qu’on ne parle que de développement économique de la rive gauche sans penser à la sécurisation de la traversée d’Artigues. » Et de relancer le débat d’une réalisation globale RN 21 et pont de Camélat. Et tant pis si Jean Dionis privilégie la seconde à la première.

3 mousquetaires  ou plus ?

« On n’est pas des vices-présidents de paille », ni des « béni-oui-oui » ou des « plantes vertes ». Les qualificatifs ne manquent pas dans la bouche de ces nouveaux maires pour secouer l’Agglo et son fonctionnement. Ordre du jour reçu au dernier moment, discussions en sens unique ou débats écourtés complètent le cahier de doléances. Autre nouveau visage, le Layracais Rémi Constans, ne trouve rien à redire sur le soutien affiché par l’Agglo au projet de troisième tracé LGV qui épargnerait sa commune. Preuve selon lui que l’Agglo est capable de défendre l’intérêt des petites communes, même s’il avoue « regarder avec bienveillance » l’initiative de ces homologues. De là à dire que les « mousquetaires », du surnom donné par Jean Dionis aux trois « D », vont faire école, il n’y a qu’un pas que la Garonne ne saurait stopper.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés