Conseil municipal // A la poursuite des économies budgétaires


L’année 2015 annonce des exercices budgétaires difficiles pour les municipalités. Et tandis qu’à Toulouse, Lille ou Bordeaux, des augmentations des taux d’imposition sont annoncés, les élus villeneuvois tiennent leur promesse de mandat et n’augmentent pas taxes foncières ou d’habitation. Il n’en demeure pas moins que face à la baisse des dotations de l’État, évaluées pour Villeneuve-sur-Lot à 575 000 euros, il convenait d’aller chercher des économies à réaliser : « Nous ne voulions pas réaliser de coupes franches dans un seul secteur, comme d’autres municipalités l’ont fait notamment sur le budget culture… » explique Patrick Cassany, maire de la ville.

L’équipe en place mise sur 587 502 euros de gagnés en grande partie sur le budget consacré à l’administration générale de la ville, avec 416 000 euros. Le budget culture se trouve également grevé de 86 000 euros, les associations sportives de 58 000 euros.

Continuer à investir

Pour autant, la municipalité ne compte pas stopper les investissements puisque 6,8 millions d’euros y seront consacrés qui se partagent entre des travaux de voirie, la poursuite de la rénovation de la ville, notamment des façades, la rénovation des équipements scolaires et sportifs, l’entretien du patrimoine, l’accessibilité des espaces publics… Un investissement de près de 440 000 euros se porte sur l’équipement informatique à l’hôtel de ville : « Un investissement lourd car l’acquisition, notamment de logiciels, coûte cher… Mais nous ne pouvons faire autrement » souligne Patrick Cassany. Concernant l’augmentation de la masse salariale dans le budget de plus de 3%, le maire apporte des explications simples : « La revalorisation obligatoire des agents de catégorie C que nous avons dû appliquer, la hausse des cotisations retraite et également les activités périscolaires qui ont augmenté avec les TAP ».

Si pour l’année 2015, les comptes s’équilibrent, Patrick Cassany ne s’est pas montré rassurant pour 2016 et 2017 : « Années où les dotations de l’État vont continuer à baisser et si cette année nous parvenons à compenser la baisse par des économies immédiates, cela va être de plus en plus compliqué. Il est certain que la mutualisation avec l’agglomération est une solution qui s’impose aujourd’hui. Mais nous profiterons des économies réalisées sur le long terme. Cependant, nous tiendrons la promesse de ne pas augmenter les impôts locaux, une promesse que nous tenons désormais depuis six ans. »

Annabel Perrin

Le budget en chiffres

– 43 710 847 euros de budget

– Les dépenses : 7,5 millions de charges, 17,5 millions pour le personnel

– Les investissements : 4,8 millions pour l’équipement,  2,8 millions de remboursement de la dette

– Les recettes : 1 million par les services de la ville, 22,3 millions par les impôts et taxes, 7 millions de dotations et subventions.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés