Conseil municipal // Le projet qui va illuminer le quotidien des commerçants


Lundi soir, les élus de la ville d’Agen ont donné leur feu vert à l’un des grands projets de la majorité. Celui de la rénovation de la rue des Cornières qui marque le coup d’envoi du second volet de l’opération de rénovation urbaine baptisée Agen cour battant.
« Une mise en branle » que le maire Jean Dionis avait promis dans son engagement n°22 et qui verra le système d’éclairage repensé dans l’une des rues commerçantes les plus anciennes de la ville.

Commerçants « ravis »

« Enfin ! » Dans ses cuisines des Mets de Marie, le restaurateur Christophe Basin a hâte de voir sa rue sous un nouveau jour. « Je suis pour, à fond à 200%, renchérit-il, depuis le temps qu’on attend ça. » Situé au début des Cornières, il sera l’un des premiers à bénéficier des travaux de mise en lumière. Une intervention qui permettra d’unifier, du moins visuellement, l’ensemble qui court de la place des Laitiers à Barbès. De l’autre côté de la rue, Karine et sa boutique Côté Arkad attendent beaucoup de cette lumière jetée sur son activité. « L’entrée de la rue n’est pas top, il manque d’éclairage, surtout que l’hiver va arriver et qu’on ne va plus rien y voir dès 16 heures. » La commerçante pense aux clients qui, faute de visibilité, ne font pas la jonction entre un boulevard piéton situé non loin et sa rue. « Attention juste que les travaux ne pénalisent pas notre activité. »

Travaux « sur-mesure »

Les adjoints en charge du dossier, Clémence Robert, Frédéric Péchavy et Marie-Claude Lachemet, ont enchaîné les réunions de concertation en ce sens et promettent ce qui pourrait ressembler à du « sur-mesure », soit des travaux par tronçons, qui prendraient place en dehors des périodes commerciales. Les propriétaires des Cornières, qui possèdent le sol et le plafond de cette rue, auront aussi leur mot à dire.
Reste à savoir quels seront les profils des nouveaux luminaires. Lampions ajourés, plafonniers ouvragés ou mâts tiennent la corde face aux LED implantées dans le sol. « L’éclairage ce n’est qu’une partie du sujet, une rustine », rappelle Eric du magasin Styl’Fun, ils avaient parlé d’une réfection totale de la rue avec, par exemple, une voie de circulation pour vélo sur la chaussée. Et il faut aussi qu’ils nous donnent une date pour que l’on se prépare. » Le calendrier évoqué prévoit lui, une livraison en 2016 pour un coût de 30 600€, hors taxes.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés