Le cri d’alarme de Patrick Cassany


Villeneuve-sur-Lot serait-elle délaissée par les institutions ? A lire la récente prose de son maire, on serait tenté de répondre par l’affirmative. Par deux fois en ce début de mois de février, Patrick Cassany a pris sa plume pour interpeller respectivement l’Agence régionale de santé (ARS) et l’Inspection académique.
Deux décisions sont dans le viseur : la baisse de 300 000 euros du budget du SMUR du Pôle de santé du Villeneuvois, qui passerait de 1,2 millions à 900 000 euros, et la suppression d’un poste d’enseignant à l’école élémentaire Jules-Ferry.

Soutenu par le député Costes
La première suscite « une grande inquiétude » et le « mécontentement » du premier édile qui est également président du conseil de surveillance de l’établissement hospitalier. « Je me permets de rappeler que [le PSV] rayonne dans un périmètre de 40 kilomètres, en milieu rural, où résident notamment de nombreuses personnes âgées. Il serait donc inconcevable, pour des raisons purement financières, de ne plus envoyer le SMUR dans le nord de l’arrondissement pour sauver des vies », avance Patrick Cassany dans son courrier du 6 février 2017.
Alors que le « drastique » plan de retour à l’équilibre « commence à porter ses fruits », cette coupe budgétaire supplémentaire signifierait selon lui une « réduction de l’offre de soin ». Patrick Cassany invite donc le directeur de la délégation territoriale de l’ARS, Eric Morival, à détailler ses intentions mais surtout « à se pencher sur la réalité de la situation en tenant compte des spécificités du PSV ».
Cette requête a été appuyée quelques jours plus tard par le député-maire de Fumel, Jean-Louis Costes, qui a, de son côté, écrit à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Celui-ci souligne notamment « la forte augmentation de l’activité des services d’urgences sur notre territoire (+12% en 2016) ».

Compromis pour Jules-Ferry
Patrick Cassany est également monté au créneau pour défendre l’école Jules-Ferry, située en zone d’éducation prioritaire et accueillant « des élèves en difficultés scolaires » ainsi qu’un « nombre important d’enfants en situation de handicap qui eux aussi ont besoin de travailler dans de bonnes conditions. La fermeture de cette classe aurait donc pour conséquence d’augmenter sensiblement le nombre d’élèves par classe en CM2 (29 selon les chiffres prévisionnels) et de diminuer ainsi leur chance de réussir leur entrée en classe de 6ème ». Cette missive couplée à la mobilisation des parents d’élèves a permis d’aboutir à une situation satisfaisante ce jeudi. « Le maître supplémentaire dans le cadre du dispositif Plus de maîtres que de classes promis par l’Inspection académique est un bon compromis et le fait que les effectifs soient ramenés à 24 élèves par classe avec des double-niveaux est une annonce acceptable », dit-on du côté de la mairie.
La municipalité attend maintenant une réponse sur l’épineux dossier du PSV.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés