Dans l’ordre et la discipline


Bêtes ? Certainement pas. Disciplinés ? Non plus. Et c’est là tout le problème. Contre le Racing le week-end dernier, les joueurs du SUA n’ont pas franchement brillé par leur respect des règles. L’euphorie des derniers résultats a peut-être provoqué un petit excès d’engagement. Toujours est-il que le plaquage à retardement de Corentin Braendlin et la cravate de Mike Tadjer sur l’ouvreur adverse (non, non, pas de plan anti-Carter…) ainsi que le coup d’épaule d’Arthur Joly sur Virgile Lacombe ont bien plombé l’addition. Nul ne sait si, sans ça, le Sporting aurait pu tenir tête plus longtemps face au leader du championnat. Probablement pas, tant l’adversaire évoluait une dimension au-dessus dans le sillage d’un Brice Dulin des grands jours.

14 jaunes, 2 rouges…
Mais cette avalanche de biscottes laisse tout de même quelques regrets. En premier lieu, le potentiel point de bonus défensif qui aurait entériné la bonne passe du club lot-et-garonnais. D’autre part, cette prestation au stade Yves-du-Manoir a réveillé quelques démons. L’indiscipline chronique a en effet déjà coûté beaucoup de points aux suavistes cette saison. Les onze unités de retard sur le Stade Français, premier non-relégable, se cachent en grande partie dans ces petits gestes d’humeur inappropriés et ces fautes lourdes de conséquences. Au cours de cet exercice 2015/2016, les coéquipiers de Lionel Mazars ont été priés d’aller s’asseoir une dizaine de minutes 14 fois tandis que deux ont été carrément expulsés. C’est trop pour une équipe dont les moyens sont bien inférieurs à ceux de ses concurrents. Et il serait bien dommage de partir à l’assaut de ces derniers matchs décisifs sur les mêmes bases qu’en début d’année.

Souviens-toi Castres 2015
Contre Castres, vous l’aurez compris, le mot d’ordre sera la discipline. Il sera aussi question de rigueur défensive. Les différents entraîneurs l’ont souligné à maintes reprises, le SUA LG manque trop de plaquages. C’était encore le cas samedi dernier. Au milieu du « désordre » qui sied si bien aux Bleu et Blanc, une petite cure d’austérité rugbystique ne ferait pas de mal pour cette dernière répétition générale avant des échéances cochées depuis longtemps sur le calendrier de Mathieu Blin. Car tous les regards sont tournées vers le déplacement à Oyonnax la semaine suivante. Conscient qu’il ne peut pas gagner tous ses duels, le Sporting préfère à juste titre choisir ses rencontres, privilégiant Armandie et ses adversaires directs pour le maintien. Pierre-Antoine a peu de chances d’assister à une victoire des visiteurs. A moins que… L’an passé, ce même Castres Olympique était encore relégable à la 21e journée avant de se sauver. « Ils sortaient d’une finale, nous aussi », analyse un Lionel Mazars un poil ironique. Les suavistes ne se battaient effectivement pas pour le Brennus en juin dernier. Mais ils auraient tort de ne pas s’inspirer du baroud d’honneur des Tarnais.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés