Quand de Baudre se transforme en incubateur


C’est une première en Nouvelle-Aquitaine et elle avait lieu au lycée Jean-Baptiste-de-Baudre. Développé dans plusieurs établissements de l’Hexagone ainsi qu’aux Etats-Unis – la première finale internationale avait lieu au lycée français de Chicago – le dispositif Start’Up Lycée inaugurait son programme pédagogique à Agen la semaine dernière. 150 lycéens avaient 48 heures devant eux pour créer une entreprise (virtuelle) innovante au sein de leur établissement, en utilisant les outils et les méthodes des start-up les plus novatrices. « Sur le thème du cycle de l’eau, l’objectif était d’identifier des problèmes, de trouver des solutions créatives, de découvrir différents marchés et de réaliser un business plan pour étudier la viabilité du projet, souligne Alexandre Duran, animateur de Tous Entreprenants, spécialisé dans les formats pédagogiques entrepreneuriaux. En 3 mots : explorer, créer, partager. »

A travers cette mise en situation plus vraie que nature, de Baudre a pris des airs de pépinière d’entreprises pendant 48 heures. Les élèves ont tenté de développer leur culture de l’innovation. «Tout le monde ne peut pas devenir entrepreneur, mais nous devons aider nos lycéens à développer des compétences de créativité et d’agilité afin de devenir des forces de proposition dans les entreprises de demain » expliquait Guillaume Maison, entrepreneur d’Humanitech, président d’Etic 47 et du cluster Inoo. Coachées par une dizaine de professeurs, quatre équipes mixtes (composées de jeunes filles et garçons de classes de seconde, terminale et BTS) ont été retenues pour présenter leur concept entrepreneurial, au Stadium, devant un jury final composé de personnalités et d’entrepreneurs locaux (voir ci-contre).

Un concours élargi aux autres lycées du 47 ?

Du projet Steamwater, une société qui produirait de la vapeur d’eau au Brésil, en se servant de panneaux solaires pour chauffer le liquide, et qui transférerait le gaz obtenu par bateau vers les populations défavorisées du Niger, à l’application Ec’Water, qui donnerait en temps réel la consommation d’eau de tous les robinets d’une maison, ou encore le projet consistant à récupérer les eaux usées des douches, pour la filtrer et la réinjecter ensuite dans le système et s’en servir dans les toilettes, les idées innovantes, parfois un brin utopistes, étaient nombreuses. Et c’est finalement, la société virtuelle Eliengo (voir ci-contre), qui pallierait l’asséchement des nappes phréatiques en produisant de l’eau et de l’énergie à partir de l’humidité contenue dans l’air ambiant, qui a conquis le jury*.

« Tous les enseignants avaient les yeux qui brillaient, certains avaient presque les larmes aux yeux tellement ils ont été bluffés par l’inspiration de leurs élèves » tirait comme bilan plus que positif le proviseur Gilles Emard-Lacroix. Au vu du succès de cette première édition néo-aquitaine, Guillaume Maison envisage déjà de développer ce concours dans d’autres lycées du département comme Marmande, Villeneuve-sur-Lot ou Nérac et d’organiser une finale lot-et-garonnaise au Stadium d’Agen.

Simon Galinier


*Le jury de cette première édition agenaise de Start-up Lycée était composé de :

Alain Tingaud, président du fond d’investissement éponyme et du SUA LG,

–  Jean-Pierre Moga, sénateur de Lot-et-Garonne,

Henri Tandonnet, vice-président de l’Agglo d’Agen en charge des Enseignements supérieurs et membre du conseil national de l’eau,

Benoit Batut, directeur de Véolia Lot-et-Garonne,

Gilles Emard-Lacroix, proviseur du lycée de Baudre,

Yannick Le Moal, bureau d’études AC2i

– Aurélie Lale, animatrice qualité, prévention et environnement à Eurovia.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés