De l’importance du bassin de vie


Avant la trêve estivale, le président de la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois avait un message à faire passer. Pour le dernier conseil communautaire qui s’est déroulé au Lédat mercredi soir, Patrick Cassany a insisté sur le fait que l’union fait la force. « L’articulation entre la ville-centre et le reste de l’agglo est un sujet essentiel », a-t-il rappelé. Plusieurs délibérations étaient là pour en faire la démonstration.

Pujols, première à mutualiser

Tout d’abord, l’adhésion de la commune de Pujols au service commun pour la gestion financière et comptable ainsi que la gestion des ressources humaines. Par ailleurs, la crèche pujolaise « Trois petits tours » passe elle aussi sous la bannière communautaire. « C’est une démarche importante qui va dans le sens de l’histoire et qui se présente comme une solution d’avenir. L’intérêt est de pouvoir mutualiser des moyens, d’avoir un service plus performant et de pallier les problèmes d’absentéisme », déclarait Patrick Cassany. Malgré l’opposition de certains fonctionnaires pujolais lors des premières annonces cet hiver, le processus est désormais enclenché. « C’est une première mais d’autres communes pourraient rejoindre ce dispositif si elles le souhaitent, je pense notamment aux plus petites comme Castella ou Allez-et-Cazeneuve », ajoutait le président. Aux accusations d’une ville-centre qui phagocyterait la souveraineté de ses voisines, il répond que « si une commune peut se passer de la mutualisation, c’est bien Villeneuve, qui dispose déjà de services bien fournis ». Patrick Cassany indique également que, dans le cas de Pujols, ces opérations seront neutres financièrement puisque le coût estimé du service sera simplement retranché de la dotation versée par la CAGV. L’élu a en outre indiqué que Bias, qui souhaite conserver une crèche communale, serait peut–être contrainte à l’avenir d’embrasser la cause communautaire pour des raisons pratiques ou budgétaires (financement de la Caf).

Action cœur de ville

Deuxième partie du cours magistral, le plan « Action cœur de ville ». Après les conseillers municipaux, c’était au tour de leurs homologues de la CAGV de signer la fameuse convention-cadre les liant à l’Etat pour l’attribution de subventions. « Plusieurs projets sont portés par l’Agglo comme le Pôle jeunesse / Mission locale, la signalétique patrimoine et commerce, les créations de postes de chef de projet de l’ANAH et de manager centre-ville, le dispositif Ma boutique à l’essai ou la création d’un espace de coworking », a détaillé le président.

Un crématorium à Allez-et-Cazeneuve

Enfin, l’achat des terrains pour un crématorium. Cette piste évoquée il y a quelques mois est maintenant une réalité. La future structure sera implantée en bordure de la D911, à proximité de l’ancien bowling, sur le territoire d’Allez-et-Cazeneuve. « C’est un sujet qui revenait régulièrement depuis plusieurs années. Une part de plus en plus grande de la population soulignait le problème des listes d’attente dans les crématoriums les plus proches de Villeneuve, à savoir Lafox, Tonneins et Bergerac. La compétence cinéraire relevant normalement des communes, nous avons fait le choix de la transférer à l’Agglo pour porter ce projet qui concernera tout le territoire », explique Patrick Cassany. Il reste désormais à lancer la procédure de délégation de service public pour trouver l’opérateur privé qui aménagera et exploitera le site dont on estime la construction à 2 millions d’euros.

« Il faut désormais raisonner en termes de bassin de vie plutôt que de se limiter aux simples frontières communales. Il est prouvé que si la ville-centre se porte bien, les autres aussi », résumait Patrick Cassany.   

Dimitri Laleuf

Brèves de conseil //

Parmi les 49 dossiers au programme du dernier conseil de la CAGV avant l’été, les élus ont approuvé un partenariat financier avec Fumel-Communauté afin que les enfants résidants à Hautefage puissent fréquenter le centre de loisirs Léo-Lagrange à Penne d’Agenais.

Ils ont également décidé d’accorder des tarifs préférentiels aux bénéficiaires de la « Carte jeune » (initiative du conseil municipal des jeunes) pour accéder à la piscine de Malbentre.

Enfin, les subventions aux associations sont en légère hausse par rapport à l’exercice précédent : 81 830 euros. Les plus conséquentes ont été attribuées à la Maison des femmes (10 000 o), à SOS Surrendettement (15 000 o) et à la Fédération des commerçants (9 000 o). Deux nouvelles manifestations sont apparues au tableau : le congrès international du pruneau et le festival Cap aux Bords à Sainte-Livrade, justifiant ainsi cette légère inflation. 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés