Moins de morts, plus de blessés


Peu de temps après la publication ministérielle, la préfecture de Lot-et-Garonne communique à son tour sur les données de la sécurité routière en 2016. Si les chiffres bruts invitent à voir une année passée plus sûre, l’amélioration reste fragile. Avec vingt-quatre accidents mortels, provoquant le décès de vingt-cinq personnes, 2016 accuse une baisse de 37% de la mortalité sur les routes, ce sont quinze vies épargnées par rapport à 2015.
Le préfet Patricia Willaert, entourée des responsables des forces de l’ordre le colonel Christophe Guittard et le commissaire Christophe Dewas, a salué l’implication des gendarmes et policiers sur les contrôles routiers. Une mobilisation payante mais qui n’empêche pas « un relâchement très fort des comportements ». La hausse de 16% des accidents corporels est là pour rappeler que la lutte continue. Le non respect du code de la route, une vitesse non appropriée ou excessive reviennent comme causes principales de ces accidents.
A noter enfin que 765 permis de conduire ont été suspendus en 2015 pour alcoolémie (511), stupéfiants (164) et grand excès de vitesse (90).

Gauvain Peleau-Barreyre

Un homme, de plus de 65 ans et conduisant dans le Marmandais

Si l’on devait établir un portrait-robot de la victime-type de la route en Lot-et-Garonne il apparaîtrait comme un homme âgé de plus de 65 ans, habitant dans le Marmandais et conduisant une voiture. La tranche d’âge la plus représentée parmi les vingt-quatre accidents mortels de 2016 est celle des plus de 65 ans (36%), suivie des 45-64 ans (32%). Sur les vingt-cinq morts, 68% sont des hommes. L’arrondissement de Marmande est le plus accidentogène avec 36% d’accidents mortels suivi de Nérac, Agen et Villeneuve.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés