Départementales 2015 // Ils ont le même maillot, mais pas le même patron


«Le groupe vit bien. » Les amateurs de sport connaissent par coeur la phrase répétée à l’envi par des sportifs pour assurer que tout va bien dans leur équipe. La politique n’échappe pas à la règle. A entendre les responsables des forces en présence, les élections départementales de mars 2015 sont « gagnables », leur programme est « très bon » et, oui, le groupe vit bien.

Droite : discorde agenaise
Sur Villeneuve 1, 2 et sur le Livradais, trois tandems défendront seuls les couleurs de l’UMP, UDI et MoDem. Comprenez sans petits copains du même bord pour leur disputer le leadership. Mais l’union qu’elle a réussi à s’imposer en Villeneuvois ne tient pas la route à l’autre bout de la RN21. Un Knysna local où les candidats, ici, sont trop nombreux à vouloir descendre du bus. Les cantons d’Agen seront fournis : Bocquet-Robert (UMP-UDI) contre (certainement) Corinne Griffond (SE), Chollet-Kherkach (UDI) contre l’envie d’un Pinasseau (UMP) de se présenter… Où l’on voit la fracture, jamais totalement refermée, entre l’UDI de Jean Dionis et l’UMP de Jean Pinasseau renaître comme aux vieux jours. La droite agenaise s’offre des derbies qui sentent à plein la machinerie politicienne quand se mêle au jeu Christian Delbrel, pourtant revendiqué comme sans étiquette, mais que le premier verrait aller au marquage du poulain du second, Bruno Dubos.

Gauche : divisée en Villeneuvois
De quoi réjouir les forces de gauche. Du moins en agenais. Si le canton d’Agen-Centre reste toujours non pourvu (voir encadré), ils ont décidé de jouer collectif sur ce territoire en faisant bloc autour de l’accord électoral PS-PRG-Verts. Les capitaines installés (Matéos, Pitous, Dézalos…) tenteront de conserver leurs places sur le terrain. Même envie en Villeneuvois mais avec une tactique quelque peu déroutante. Autour de la Bastide, la majorité municipale partira sous des maillots différents. Le maire Patrick Cassany (PS) est contesté sur ses terres par ses élus de la ville, les Verts Feuillas et Falconnier, qui présentent aussi leurs candidats sur le second canton villeneuvois. Sans oublier le franc-tireur sortant Alain Soubiran (DVG) qui ne devrait pas tarder à se déclarer. Et pour le Livradais ? Même cas de figure qu’à Agen-Centre où Claire Pasut (PS) a du mal à trouver un coéquipier.

FN : présent partout
Et pendant ce temps-là, tel un Franck Leboeuf qui profite de circonstances favorables pour jouer la finale de Coupe du monde, le parti de Marine Le Pen s’apprête à rentrer en jeu. Et tentera de profiter des divisions des partis traditionnels pour placer leurs premiers élus à l’assemblée départementale. Agen 1, 4, Ouest-Agenais mais aussi le Livradais, Villeneuve 1 ou 2 avec la tête d’affiche Etienne Bousquet-Cassagne, seraient tous « gagnables ». Le leader du parti frontiste se base sur ses récents scores aux Européennes, mais aussi aux Municipales. La présence, pour la première fois, de candidats RBM sur tous les cantons leur fait croire qu’ils méritent mieux qu’un rôle d’arbitre. Mais ça, ce sera à l’électeur d’en décider. Qui devra se mobiliser en masse pour jouer le douzième homme.

Gauvain Peleau-Barreyre

 

Des cantons qui restent à pourvoir
C’est à partir du 9 février que les candidats devront se déclarer officiellement en préfecture. Pour l’heure, quelques cantons restent encore à pourvoir. A gauche, c’est le cas à Agen-Centre. Abdelhalim Toumi et Fred Pojurowski pourraient en être, reste à les départager et à trouver la compagne… Qui pourrait être l’écologiste Maryse Combres. Même histoire sur le Livradais où Claire Pasut attend son compagnon d’élection. Les responsables fédéraux du PS assure qu’une personne proche du PS, mais pas encartée, se déclarera. A droite, c’est le canton Agen 1 qui agite les instances. Bruno Dubos (MoDem) et Laurence Maïoroff (UMP) partiraient coûte que coûte, même si Jean Dionis ne le veut pas. Le maire de Pont-du-Casse (SE) pourrait régler tout ça en se présentant comme le seul indépendant, sans étiquette. Reste aussi le cas d’Agen-Centre, où le secrétaire départemental de l’UMP Jean Pinasseau pourrait offrir un duel fratricide contre le premier adjoint Pierre Chollet (UDI), par ailleurs collègues dans la majorité municipale.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés