Des écrans pour un quartier à cran


Comme ses administrés, le maire Francis Garcia est « exaspéré ». Pour la troisième fois en un an et demi, les voitures garées sur le parking de la passerelle ont été la cible d’une vague de dégradations dans la nuit de lundi à mardi. Une dizaine cette fois, après les raids d’août et de Noël. Vitres brisées, intérieurs visités et biens subtilisés : les enquêteurs de l’identité judiciaire venus au petit matin ont procédé aux relevés.
En attendant les résultats, la municipalité a décidé d’agir. Trois caméras de vidéoprotection seront installées dans la zone de la passerelle, « quand nous recevrons l’arrêté préfectoral », précise le premier édile. Le dispositif sera opérationnel d’ici cinq semaines.
Une décision qui vient « renforcer » les dispositions déjà prises pour assurer la tranquillité publique de la deuxième ville de l’Agglo. Ainsi, les policiers municipaux effectuent depuis cet été des rondes nocturnes (jusqu’à 23 heures), auxquelles s’ajoutent celles des policiers nationaux, « trois ou quatre fois par semaine ». Enfin, une commission de la tranquillité publique a été créée, regroupant élus de la majorité et de la minorité, ainsi que trois Passageois tirés au sort sur les listes électorales. L’embauche d’un quatrième policier municipal est également étudiée. Voilà qui devrait trouver un écho favorable auprès des anciens candidats à la mairie qui avaient préconisé cette mesure dans leurs programmes.
Mais Francis Garcia, secondé par Jean-Jacques Mirande, rappelle que la politique de la ville concourt également à la prévention des actes de délinquance. Ainsi, la cité Tournis-Rochebrune, décrite par les élus comme un « véritable cul-de-sac », est sur le point d’opérer sa mue par le démolissage et l’ouverture sur la ville.
Enfin le premier magistrat en a appelé au sens civique de ses administrés qui ne doivent pas « hésiter à appeler le 17 ».

Gauvain Peleau-Barreyre

Délinquance passageoise ou agenaise ?

Pourquoi cette zone du Passage est-elle la cible d’actes, répétés, de vandalisme ? « Le Passage est-il ciblé ? Ou bien est-ce un problème de proximité avec Agen ? » Francis Garcia s’interroge à voix haute sur l’identité de ces « crétins » qui opèrent au coeur de la nuit. Ainsi l’hypothèse d’une délinquance agenaise qui finit sa nuit de l’autre côté de la passerelle est clairement évoquée. « Même si je ne me permettrais pas de dire à M. Dionis comment s’occuper de la tranquillité publique », tempère le maire.
Les vidéos des caméras passageoises seront ainsi visionnées par le centre de supervision urbain (CESU) d’Agen. Une lutte conjointe ageno-passageoise se met ainsi peu à peu en place.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés