Des huîtres et du vin pour récompenser les coureurs


Courir 5 ou 10 kilomètres dans la nuit froide du mois de décembre est un effort qui mérite bien un petit réconfort. Déjà gâtés par les pépites patrimoniales du parcours, tous les participants de Tout Agen court à Noël auront droit à l’arrivée à une petite surprise signée du Gueuleton. L’établissement de la place du Marché couvert récompensera en effet les porteurs de dossards à sa manière, avec quelques huîtres et un petit verre de vin. Avant éventuellement de continuer à faire la fête jusque tard dans la soirée. Une chose est sûre, le Gueuleton sait recevoir. « C’est une première pour nous de s’associer à ce type de manifestation. Ça change un peu. Et on est ravis d’être partenaire de TACAN car c’est un véritable événement populaire qui fait bouger le centre-ville », avoue Vincent Bernard, cofondateur du lieu avec ses comparses Victor Ulrich et Arthur Edange.

Bons vivants vs runners

Le Gueuleton se revendique comme « le repaire des bons vivants ». Foie-gras, charcuterie, tapas, fromage, vin et autres spécialités grasses, salées mais terriblement goûteuses font la notoriété de l’enseigne. Tout cette bonne chère ne correspond pas vraiment au régime-type du « runner », plutôt adepte d’une bonne hygiène de vie. Mais pour Vincent Bernard, les deux paradigmes ne sont pas incompatibles : « C’est amusant d’amener les sportifs chez les bons vivants. Je pense que ça peut faire un bon mélange ». Certains coureurs assidus sont d’ailleurs déjà passés du côté obscur en fréquentant le Gueuleton, comme le confesse Vincent Bernard.

Une même philosophie

Malgré leurs différences, les deux parties partagent tout de même la même philosophie. « Tout Agen court à Noël, ce n’est finalement rien d’autre qu’un moment festif et convivial à partager en famille ou entre amis. Et c’est exactement l’état d’esprit du Gueuleton », affirme le patron. Un sentiment partagé par Jean-Baptiste Chipy, l’organisateur de cette course décidément pas comme les autres. Et puis quoi de mieux qu’un bon footing pour ne pas culpabiliser avant de se faire plaisir ?

Dimitri Laleuf

Préparation // Pas de simulation de course

Christelle Depretz et Yves Monge, tous deux entraîneurs diplômés hors stade à l’ASPTT, donnent leurs conseils en vue de la course Tout Agen court à Noël dont le départ sera donné dans une semaine. Ce vendredi, la dernière étape de la préparation.
« Pour cette dernière semaine avant le départ, il ne faut surtout pas chercher à faire une simulation de course, même pour voir où on en est. On ne doit pas se fatiguer inutilement en laissant de l’énergie en route », affirme Christelle Depretz.
« Sur les dernières séances, il faut privilégier une alternance entre des séquences de 3 à 4 minutes à l’allure de la course et des phases de récupération active de 2 minutes. Cette récupération doit impérativement se faire en courant. C’est un peu moins soutenu que le fractionné mais les durées plus aussi longues. On répète ça trois ou quatre fois avec toujours un footing d’échauffement et un autre de récupération. La séance globale doit approcher les 40 minutes », enchaîne Yves Monge.
Les deux coachs de l’ASPTT Athlé conseillent à ceux qui n’ont pas l’habitude de courir de s’aligner plutôt sur le 5 km. Autre astuce : ne pas se laisser aspirer par le rythme effréné du peloton au départ, au risque d’exploser par la suite avant même la fin de l’épreuve.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés