Dis-moi ce que tu dépenses, je te dirai qui tu es


Depuis trois ans et au lendemain de l’affaire Cahuzac, l’utilisation par les députés de la réserve parlementaire fait désormais l’objet d’une publication totale. Une transparence qui permet de mettre un nom sur le bénéficiaire, association ou collectivité, des sommes mises à disposition des députés.

J.-.L. Costes : l’ultra local Son territoire en premier. Rien d’étonnant pour le député-maire LR de Fumel, au coeur d’un territoire dont les ressources financières sont ténues. Les quatre plus importants récipiendaires sont ainsi Fumel pour 15 000 euros, Saint-Georges (10 000 euros), Dondas (8 000 euros) et Cancon (7 000 euros). Des sommes qui ont permis de réaliser des travaux de maintenance ou de rénovation sur divers équipements municipaux. Les associations bénéficiaires, si elles sont plus nombreuses (23) que les collectivités (14), recueillent moins de fonds (63 000 euros). Clubs sportifs (5 000 euros pour le vélo club livradais, 4 000 euros pour la société hippique Villeneuve-Livrade…) et assos caritatives (5 000 euros pour le Secours populaire) sont présents. Il a reversé 135 000 euros en tout.

L. Lousteau : l’humaniste

Alors que le parti socialiste se cherche sur le terrain économique et social mettant parfois ses représentants dans l’embarras idéologique, la question est vite tranchée quand on zoome sur le local. Lucette Lousteau, députée Agen-Nérac, a privilégié les dons qui ont du sens. Même si l’on retrouve des communes aux trois premières places, l’utilisation des fonds est marquée par la petite enfance (20 000 euros au pôle enfance de Bajamont) et le social (15 000 euros pour les logements conventionnés de Montagnac). Au total, les communes du secteur ont reçu 66 200 euros, à peine moins pour les associations (63 800 euros). Elles sont dix-huit à avoir bénéficié de la réserve. On retrouve les thèmes qui sont chers à la députée, comme la protection des femmes (10 000 euros pour l’association des Femmes du 47, 4 000 euros pour Beauté en coeur…), le social (4 000 euros au centre de soin de Rodrigues, 2 500 euros pour Regain Coordination) ou encore le sport (Les Indians de Boé, le foot de Pont-du-Casse et de Nérac). 130 000 ont été reversés.

R. Povéda : de maire à maire

La députée qui a pris la suite de Matthias Fekl parti au gouvernement continue la tradition de la circonscription de Marmande en privilégiant les communes de son secteur. De quatorze bénéficiaires en 2014, elles passent à vingt-et-une en 2015. Les villes aidées varient d’une année à l’autre, 129 389 euros ont été distribués. Poussignac, Port-Sainte-Marie et Bouglon se partagent 32 000 euros pour divers travaux structurants (traversée du centre-bourg) ou de maintenance (restauration du toit de l’église ou du gymnase). A noter que la commune de Meilhan, dont elle est maire, a bénéficié de 10 000 euros pour des travaux électriques. Une politique de grands travaux   héritée des grandes heures de la gauche ?

G. P.-B.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés