Du gaz vert dans les tuyaux


Voilà quatre ans que Fonroche fomente un des projets les plus ambitieux du groupe. Au sein de sa filiale Fonroche Biogaz, il comptait bien faire parler de lui en installant à Villeneuve-sur-Lot rien de moins que la plus importante unité de biogaz en injection de France. Depuis le mercredi 2 décembre, l’unité est en marche et a d’ores et déjà injecté ses premiers watts de biométhane dans le réseau gaz.
L’usine de Villeneuve-sur-Lot est ainsi la première du genre pour Fonroche a être mise en service. Une vingtaine de projets est en cours d’implantation sur l’Hexagone.
Une année de travaux a été nécessaire pour voir sortir de terre une usine d’une capacité de production de 34 500 MWh de gaz par an, soit la consommation annuelle de 11 050 habitants. Et surtout, elle se veut une solution des plus écologiques.
En effet, la méthanisation est un procédé qui consiste à récupérer les déchets organiques de l’agriculture ou de l’industrie agro-alimentaire pour les transformer en énergie. Grâce à la fermentation biologique, du gaz s’en échappe récupéré dans des cuves. Ce biogaz est ensuite injecté dans le réseau de gaz naturel. Peut-être également créée de l’électricité et de la chaleur.
La méthanisation permet aussi de fabriquer du digestat, un fertilisant vert naturel aux nombreuses propriétés agronomiques. L’usine de biogaz Fonroche, implantée sur la commune de Villeneuve-sur-Lot, permettra de fournir un fertilisant naturel sur près de 4 000 ha de terre. L’utilisation du digestat par les agriculteurs permet de réduire jusqu’à 60 % des apports chimiques sur le territoire, leur permettant de réaliser une fertilisation raisonnée, économique et responsable.
Une telle usine s’inscrit donc parfaitement dans un territoire rural et agricole où  l’agro-alimentaire représente le premier employeur du département. L’unité de biogaz Fonroche permet déjà  la valorisation locale de 71 000 tonnes de matières organiques, provenant des acteurs agricoles locaux et agro-industriels du Grand Villeneuvois. L’usine a ainsi réuni autour d’elle 115 partenaires locaux, dont 42 exploitations agricoles : « C’est surtout un projet qui dynamise tout un territoire, en mobilisant beaucoup d’entreprises locales qui pérennisent et créent des emplois », confirme Yann Maus, président-fondateur du groupe Fonroche. Et une solution qui apparaît comme une transition énergétique idéale pour les générations à venir.

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés