Du « GPS » au « PS » : le point G a disparu, mais pas le plaisir


Petit jeu des différences : avez-vous remarquer que le Pruneau Show a changé de nom pour cette nouvelle édition ? Sur les affiches promotionnelles ou les programmes officiels, le Grand Pruneau Show n’est plus. En effet, la manifestation a été rebaptisée « Pruneau Show » et a donc perdu son épithète. Pour être complet, un sous-titre est venu s’ajouter instituant « Les fêtes d’Agen ». Un ripolinage qu’a conduit la mairie, en toute discrétion, présidée par la volonté d’ancrer le « PS » (et non plus le « GPS », vous suivez ?) dans le grand bain des fêtes de nos régions du Sud. « Nous avons beaucoup de défauts, mais nous ne sommes pas mégalos donc on laisse le « grand » aux autres, avance le maire Jean Dionis du Séjour. Nous souhaitons communiquer sur la culture du Sud-Ouest, sur ces fêtes de ville, comme à Bayonne. Le Pruneau Show est la fête des Agenais. »

Une communication qui se cherche
Entre les questions douloureuses de sécurité ou de budget serré, la sémantique ne devrait pas peser lourd… Peut-être. Mais depuis la reconduction de l’équipe Dionis aux dernières élections municipales, le volet culturel, et son attractivité pour le territoire, est au coeur de la politique de la municipalité. Depuis deux ans, la majorité multiplie les initiatives pour enfin récolter les fruits d’un des postes budgétaires (5,3 millions d’euros) les plus importants. Parfois maladroitement dirons certains. La hausse des tarifs (entrée ou abonnement) de plusieurs lieux culturels, même tendance pour les inscriptions, n’a pas manqué de soulever l’indignation de l’opposition, du Parti socialiste au Front de gauche, dont les représentants n’ont eu de cesse d’avertir les décideurs sur les conséquences négatives d’une telle inflation. Il en est de même pour la baisse des subventions de 10% aux associations ou l’ouverture au mécénat dans les structures publiques (musée, théâtre, centre culturel…).
Le changement de nom de la manifestation estivale s’inscrit également dans une stratégie plus globale où « Agen » doit devenir une « marque ». Un package complet qui a rebaptisé aussi l’Office de tourisme (devenu « Destination Agen ») ou encore la création d’un hashtag (mot-clé) dédié à la culture dans la ville sur les réseaux sociaux.

En attendant le nouvel événement
En 2015, les Assises de la culture avaient promis de « chambouler » le secteur à Agen. La disparition du Pruneau Show, cette « vache sacrée », n’était même plus « tabou ». Mais un an plus tard il est toujours là. Gratuit qui plus est, même si un changement de formule était aussi à l’étude.
S’il a perdu sa « grandeur », c’est peut-être aussi pour faire de la place au nouveau rendez-vous que souhaite lancer la municipalité : « Nous avons toujours bon espoir de le voir en septembre 2017 », précise le maire. Ce dernier a multiplié les concertations (avec le philosophe Michel Serres ou la cantatrice Béatrice Uria-Monzon par exemple) pour lui donner une résonance nationale. Mais en toute modestie.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés