Duoday, quand le handicap rencontre le monde du travail


Un jour, un duo, et peut-être un destin professionnel pour les personnes en situation de handicap. Lundi matin, l’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) Agnelis situé à Foulayronnes et la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois ont signé trois conventions « duoday ». Cette opération, créée en Irlande en 2008 puis déclinée en Belgique fait son apparition pour la première fois dans l’Hexagone. Le principe est simple : des entreprises ou collectivités ouvrent leurs portes à une personne handicapée. Durant cette journée unique et déterminée, un duo se crée entre cette dernière et un salarié volontaire. « L’objectif de cette forme de stage atypique est de sensibiliser le monde professionnel à la gestion du handicap et leur montrer que les personnes issues des ESAT ont des aptitudes et des compétences trop souvent inexploitées.  Réciproquement, les personnes handicapées peuvent savoir quels sont les besoins d’une entreprise », explique Stéphane Cornuault, directeur de l’ESAT Agnélis.

D’ores et déjà un succès
La CAGV accueillera donc le 24 mars prochain trois personnes, réparties dans les services techniques, administratifs et voirie. Parmi elles, Nicolas Sattler découvrira un poste à la déchetterie de Laroque-Timbaut. Une expérience dont il « attend[s] beaucoup » avec, pourquoi pas, un emploi d’avenir à la clé dans quelques mois. Si le concept duoday est inédit, « c’est une démarche d’insertion que nous avons depuis des années. L’Agglo emploie 8,97% de personnes handicapées quand le taux légal est de 6% », a rappelé Patrick Cassany, maire de Villeneuve et président de la CAGV, qui confiait déjà des mission aux résidents de l’ESAT Agnélis pour la gestion de ses espaces verts. La collectivité n’est pas la seule à s’impliquer dans cette manifestation puisque 28 établissements publics et privés du département recevront 38 aspirants salariés. Dalby, Upsa, les Vignerons de Buzet ainsi que les agglos marmandaise et agenaise font partie des partenaires. « Ce premier duoday français, par ailleurs salué par l’Agence régionale de santé, est d’ores et déjà un franc succès », a estimé Danièle Bonadona, présidente de l’Association laïque de gestion des établissements d’éducation et d’insertion (ALGEEI) à laquelle est rattaché l’ESAT.   

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés