Ecoles // La réforme des rythmes scolaires est en place


Ils sont 1 900 enfants villeneuvois à être concernés par la réforme des rythmes scolaires. Et après avoir repoussé d’un an sa mise en place, la municipalité vient d’annoncer les modalités d’une semaine scolaire étalée sur cinq jours au lieu de quatre. Car c’est désormais acté, les écoliers villeneuvois auront école le mercredi matin : « Nous avons souhaité repousser la mise en place de la réforme car nous voulions qu’elle soit mise en place en parfaite concertation avec les parents, les enseignants, tout en ne perdant pas de vue que l’objectif premier est d’alléger les journées d’apprentissage des enfants en les étalant dans le temps » explique Ghislaine Claudel-Dourneau, conseillère municipale déléguée à la Réussite éducative. Un comité de pilotage formé de représentants des fédérations de parents d’élèves, de l’Education nationale et des services municipaux s’est ainsi réuni plusieurs fois. La réforme qui concerne seize écoles, prévoit de nombreux points précis à respecter comme ne pas dépasser les 5h30 d’apprentissage dans la journée : « Des points que nous tenions à préserver car ils sont au coeur de la réforme ».

Associations mobilisées
Ainsi, une heure en fin de chaque journée de classe est consacrée aux fameux temps d’activités périscolaires. La ville a mobilisé l’important tissu associatif pour les assurer : « 55 associations sont ainsi concernées. Elles se sont portées volontaires et amènent du personnel qualifié et salarié. Nous avons également fait appel au personnel municipal. 23 agents ont ainsi passé un BAFA et 32 ont suivi une remise à niveau sur la base du volontariat ». Les temps d’activité se dérouleront par ateliers, mis en place sur six semaines en moyenne : « Une fois inscrits, les enfants devront y être assidus. Il leur sera proposé des thématiques sur lesquelles ils pourront découvrir des pratiques sportives ou artistiques. Il n’était pas question pour nous de faire de l’occupationnel ».

Réforme à 100 000 euros
Il n’était pas question non plus pour la municipalité de solliciter le porte-monnaie des parents pour supporter la mise en place de la réforme. La ville a donc dégagé du budget : « Nous évaluons à 100 000 euros son coût en comptant les subventions accordées par l’Etat et la CAF dans le cadre d’un projet éducatif de territoire ».

La municipalité doit également investir pour aménager des locaux dans certaines écoles : « Des salles libres qui ont besoin de quelques travaux pour accueillir dans de bonnes conditions les activités périscolaires mises en place.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire

* Champs Requis
Votre E-Mail ne sera pas publié.
Votre commentaire doit être validé par un administrateur avant d'apparaître.