Élections avant ou après l’heure…


Au mois d’octobre 2015, la sentence tombait depuis le tribunal administratif de Bordeaux. L’élection du binôme Pudal-Béteille (LR) était annulée suite au recours de leur adversaire, Claire Pasut (PS). Au mois de juin dernier, le Conseil d’Etat confirmait la sentence assortie d’une inéligibilité de six mois pour Pierre-Jean Pudal et Marie-Serge Béteille. L’affaire portait sur des colis de Noël distribués aux seniors de Sainte-Livrade peu avant les élections.
Une coutume municipale que Pierre-Jean Pudal avait adoptée, passant de 80 colis habituellement offerts à 830. Une multiplication par dix peu appréciée par son adversaire politique Claire Pasut en pleine campagne politique pour les cantonales. Elle a donc porté l’affaire devant le Conseil d’Etat, contestant l’usage d’argent public pour financer l’achat des colis de Noël. Ce dernier lui a donc donné raison.
Privés de représentants au Conseil départemental, les habitants de la circonscription du Livradais sont appelés aux urnes ce dimanche 11 septembre pour le premier tour.
Et si les noms de Pierre-Jean Pudal, inéligible, et de Claire Pasut ne seront pas sur les bulletins de vote, la place vacante a fait des émules. Pas moins de cinq listes se sont porté candidates. La politique a décidément horreur du vide…

Candidats aguerris
Du côté des successeurs potentiels pour les Républicains, Jacques Borderie et Marie Labit sont en lice.  Tous deux sont déjà en place dans des hémicycles puisqu’adjoints respectivement à Sainte-Livrade et Monclar. L’un est chef d’entreprise, l’autre travaille auprès des personnes handicapées au foyer Monclair.
Côté divers gauche et parti socialiste, ce sont les noms de Karine Lafinestre, maire de Saint-Etienne de Fougères et vice-présidente de la CAGV et de Pierre Jeanneau qui sont sortis. Ce dernier a déjà vécu une campagne politique sur le même terrain puisqu’il était aux côtés de Claire Pasut, l’an passé. Côté vie civile, Karine Lafinestre est agricultrice et Pierre Jeanneau, professeur des écoles.
En embuscade, le Front national, qui avait récolté, rappelons-le, 30% des voix au premier tour en mars 2015, renouvelle la candidature de Daniel Cadiot mais avec une nouvelle binôme en la personne de Laurence Varin. Des habitués des joutes politiques donc, avec en suppléant un tandem de choix en la personne d’Etienne Bousquet-Cassagne et Hélène Pain.
Mais c’était sans compter sur les outsiders de Génération citoyens dont le chef de file est Jean-Marie Cavada et qui présente également une liste menée par Mélanie Dus et Claude Franchetto, tous deux élus ou anciens élus en conseil municipal. Enfin, Alain Alicot et Brigitte Antoine, sans étiquette et de Casseneuil, sont également candidats.
Cinq listes donc pour une élection qui ne changera pas la donne dans l’assemblée départementale, si ce n’est, peut-être, que le FN gagne le siège grâce à une forte abstention qui ne surprendrait personne…

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés