Faire rempart contre Carcassonne


Docteur Jekyll et Mister Hyde. Depuis deux matchs, le Sporting s’amuse à nous faire revivre le roman de Robert Louis Stevenson. Le cas est étrange en effet. Contre Perpignan, il y a deux semaines, les coéquipiers d’Antoine Erbani ont montré un visage clinique. Très costauds en défense, ils ont parfaitement annihilé la menace catalane, la réduisant à six petits points seulement. Malheureusement, ils ne sont pas parvenus à prendre un bonus offensif qui leur tendait les bras. Contre Dax jeudi dernier, c’est un SUA beaucoup plus libéré dans le jeu que les supporters ont pu voir devant leur télévision. Sans aucune inhibition, les Agenais ont multiplié les longues séquences balle en main pour sortir la première mi-temps la plus excitante du début de saison. Une domination écrasante dans le jeu qui a failli ne pas payer à cause d’une poignée de minutes très mal gérées en fin de rencontre. Deux personnalités, qui ont le mérite d’avoir la victoire en commun. Quelle facette verrons-nous ce soir à Carcassonne ? Un peu des deux, espèrent les principaux intéressés. « Au treizième match de championnat, on devrait être capable d’emboîter les secteurs offensifs et défensifs, estime le manager Mathieu Blin. Il ne doit plus y avoir de différence dans les indicateurs de performances d’un côté et de l’autre. » Si le Sporting arrive à ses fins, il sera très difficile à arrêter. Mais cette équipe, malgré un talent évident, ne tire pas toujours profit de ses belles dispositions.

Un match d’avants… probablement

Tant qu’à miser sur l’un ou l’autre de ses nombreux atouts, le staff suaviste choisit ses « gros ». Ainsi, sur le banc des remplaçants pour affronter les Jaune et Noir, six joueurs sur huit sont des avants. « C’est le signe que l’on va proposer un très gros combat », affirme Antoine Erbani. Les retours de Marc Baget (entré en jeu à Dax) et Rémy Vaquin permettront d’apporter encore plus de puissance à une troisième-ligne qui n’en manque déjà pas. L’objectif étant de faire rempart contre Carcassonne. « D’un autre côté, on s’attendait aussi à du combat à Dax et on gagne grâce au jeu et aux bons mouvements trois-quarts, souligne le très polyvalent Mathieu Lamoulie, qui oscille cette saison entre l’ouverture, le centre et l’arrière. L’avantage, c’est que l’on peut changer de stratégie en cours de match en fonction de notre réussite et de l’adversité. »

« Une équipe ennuyeuse »

Ces multiples cartes ne seront peut-être pas de trop ce soir à Armandie face à une formation qui évolue désormais dans la première moitié de tableau. Sa lourde défaite à domicile contre Montauban ne vient pas rassurer les Bleu et Blanc, bien au contraire. « Carcassonne est une équipe qui brouille les cartes, qui cherche à faire déjouer son adversaire. Elle a posé des problèmes partout où elle s’est déplacée, luttant jusque dans les derniers instants. On a pu le voir à Vannes où ils se sont imposés », analyse l’entraîneur des lignes arrières. Le capitaine Erbani de résumer : « Ils font chier tout le monde, c’est une équipe très ennuyeuse à jouer ». Les Lot-et-Garonnais savent à quoi s’attendre. Cette rencontre est d’autant plus importante que les deux suivantes pour terminer la phase à aller se joueront contre des cadors : Colomiers au stade Michel-Bendichou puis l’USM. Pour envisager de passer les fêtes dans le fauteuil de leader, il faudra faire d’Armandie une citadelle imprenable.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés