Fédérer les forces autour d’un événement


Alors que Thierry Salvalaïo s’apprête à fêter les 20 ans des Montreurs d’images, il peut déjà se féliciter d’avoir réussi, avec son équipe, le déménagement du cinéma d’art et d’essai. En l’espace d’un an, Les Montreurs ont investi pleinement le Jules Ferry, nom donné au bâtiment qui abrite la programmation de l’association.
C’est donc un président plutôt serein qui analyse le lancement des assises de la culture agenaise : « Je trouve intéressant de chercher comment on peut fédérer tous les acteurs culturels de la Ville sur un seul événement… Car c’est bien-là l’objectif de ces assises, non ? »
Thierry Salvalaïo ne le nie pas. A ce jour, les différentes structures culturelles agenaises ne sont pas vraiment en lien : « On fait chacun notre truc dans notre coin… Il est compliqué de mettre en adéquation nos calendriers. Et si aux Montreurs on travaille souvent avec le Conservatoire, c’est avant tout parce que l’on a tissé des liens étroits entre nos deux équipes ».

Etre ambitieux
Pour Thierry Salvalaïo, inscrire l’ensemble des acteurs culturels de la Ville dans une politique globale, est à ce jour très difficile, voire impossible : « Commençons déjà par nous mobiliser tous ensemble autour d’un seul événement qui donnerait une réelle identité culturelle à la Ville. Cela nous permettra de tisser des relations qui par la suite pourront déboucher sur d’autres collaborations à l’année. Cela prend du temps de mettre en place une cohérence culturelle sur une ville. Mais ici les outils existent pour être ambitieux ».
Et le président des Montreurs a déjà une petite idée en tête : « Pour moi, la thématique la plus facilement fédératrice est la musique, non pas un genre musical particulier qui pourrait exiler certaines structures. Il nous faut inventer une forme de festival qui, non seulement investirait le centre-ville, mais pourrait se poser dans les quartiers, à l’image du festival de la photographie de Lectoure ».
Pour autant Thierry Salvalaïo reste avec des questions en suspens : « Comment va-t-on, dans les faits, concrétiser deux jours de réunion de travail ? Et surtout quel budget la municipalité compte mobiliser ? Car si l’on veut vraiment créer un événement qui marque la Ville de son empreinte, il faut s’en donner les moyens ».

Annabel Perrin

Fiche d’identité //

Structure : Les Montreurs d’images
Genre : cinéma d’art et d’essai
Domiciliée au cinéma Jules Ferry
Existe depuis 20 ans
Emploie quatre salariés permanent, deux personnes en service civique
Nombre d’entrées en 2014 : 50 000
Nombre d’adhérents en 2014 : 1 400
15 personnes au conseil d’administration
Pas de subvention municipale mais un contrat de délégation de service public pour l’exploitation du cinéma Jules Ferry, sur 3 ans, qui octroie aux Montreurs d’images la somme de 70 000 euros par an. La municipalité est ainsi le premier financeur.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés