Fierté et sourires pour la famille de Vincent Inigo


Il suffisait d’atteindre la demi-finale pour composter le billet pour Rio et ses olympiades 2016… Les coéquipiers de l’Agenais Vincent Inigo ont fait mieux que cela en remportant la finale de la manche européenne.
Une fierté pour les fans du ballon ovale partout en France mais également pour les Lot-et-Garonnais qui voient donc un enfant du pays avoir de grandes chances de porter haut les couleurs du département dans les stades brésiliens… « Et pourquoi pas créer une belle surprise », se prend à rêver Romain Inigo, petit frère de Vincent, qui tient une bijouterie boulevard de la République à Agen. Le cadet est « très fier de la performance » de Vincent et est conscient que « c’est un truc énorme ». « Là c’est sûr, j’ai posé les vacances et je pars avec ma copine et ma famille soutenir Vincent à Rio. »
A condition que l’ancien joueur d’Agen soit retenu… Et là Romain, également joueur à Layrac, a l’oeil du spécialiste. « Vincent n’est pas celui qui marquera le plus d’essais mais c’est un super passeur et un gros défenseur, des qualités indispensables dans le rugby à VII. »

Fierté du papa

Un autre qui ne veut pas aller plus vite que la samba, c’est le papa de Vincent. Comme son fils Romain, il est resté à Agen et travaille aussi dans une bijouterie du centre-ville. Et, atavisme oblige, il est prudent. « Il faut que Vincent ne se blesse pas et soit conservé par l’équipe de France… » Mais un premier indice sur l’importance de Vincent Inigo au sein du groupe bleu a de quoi rassurer. En effet, au début de l’année, la Fédération qui a sous contrat ses joueurs de VII, a renvoyé la moitié de l’équipe à ses pénates… Vincent a été conservé. Reste les quinzistes qui rôdent autour du groupe et des projecteurs braqués comme à chaque olympiade… « Le Quinze c’est une autre mentalité, ajoute laconiquement Patrice Inigo. Il n’est pas sûr qu’ils s’intègrent au groupe… »

Patrice parle en connaissance de cause lui qui a suivi son champion de fils aux quatre coins de l’Europe. « Rien que dans les tribunes… La finale Toulon-Clermont en Angleterre s’est jouée dans un stade à moitié vide, au VII, c’est la folie, partout, que ce soit à Las Vegas, à Dubaï… »

Joueur… mais pas que

Des ambiances que n’hésite pas à immortaliser Vincent avec son autre casquette. L’ancien joueur de l’Aviron bayonnais et du Castres olympique est également un photographe de talent. Tous ses copains de l’Ovalie sont passés devant son objectif, comme par exemple le demi de mêlée du SUA Alexi Balès. Dernière passion, celle de la musique que Vincent pratique derrière un clavier et en groupe. Une raison de plus de bosser la bossa nova avant de jouer sa partition sur les prés brésiliens.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés