Finances publiques // Les collectivités piquent leur crise de maire


Les maires et présidents d’agglomération du département tenaient conférence commune hier, à la mairie d’Agen, pour se joindre à la fronde menée par l’Amicale des maires de France. De droite comme de gauche, les premiers magistrats lot-et-garonnais ont répété tout le mal qu’ils pensaient de la baisse de dotations de l’État qui conduirait leurs collectivités droit dans le mur. « On est condamnés à faire du fonctionnement et plus d’investissement », tempêtait Raymond Girardi, maire et président d’une agglomération.
En effet, dans le cadre de la politique de réduction des déficits menée par le gouvernement, la cure d’austérité imposée aux collectivités ne passe pas. Mais alors pas du tout. Chiffres à l’appui, chacun a détaillé les conséquences du tarissement du robinet étatique sur leurs comptes. A Agen, par exemple, ce sont deux millions en moins par an, 4,5 millions en moins pour l’Agglo.
« L’Etat nous demande de faire des économies, mais lui n’en fait pas. Nos collectivités doivent aussi supporter le financement de nouvelles normes toujours plus coûteuses et la péréquation n’y est pas, le Lot-et-Garonne aux ressources modestes contribue autant que les Hauts-de-Seine », rappelle Jean Dionis. Ce dernier a d’ailleurs convoqué un conseil municipal extraordinaire, samedi 19 septembre, pour mettre les difficultés sur la place publique. Cette journée est également une journée d’action nationale, menée par l’Amicale des maires de France.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés