Les Folies vocales, acte II


« Notre ambition est de faire des Folies vocales, un festival de renommée régionale et rapidement nationale. Il faut qu’Agen soit connu autrement que par le pruneau ou le rugby mais cela demande un travail de longue haleine » ambitionne Alban Lapeyre, le chef d’orchestre des Folies vocales. Dans le Sud, des villes comme Marciac avec son festival de jazz, Avignon avec son spectacle vivant contemporain, Orange et Aix-en-Provence avec leurs festivals d’art lyrique ou encore Mont-de-Marsan avec son Arte Flamenco, se sont littéralement transformés grâce à leurs manifestations culturelles d’envergure internationale. « A nous de trouver notre créneau, surtout qu’en Nouvelle-Aquitaine, il n’y a pas tellement de villes rattachées à la musique, étaye-t-il A terme, Agen pourrait devenir la cité de la voix dans tous ses états. » Mis en concurrence, l’an passé, avec un autre rendez-vous culturel Les Instants perchés, Les Folies vocales ont finalement raflé la mise à l’unanimité auprès de la municipalité agenaise et seront donc attendues au tournant lors de cette deuxième édition qui doit être celle de la confirmation. Avec une enveloppe municipale similaire à l’édition inaugurale (80 000 euros), les organisateurs espèrent, à terme, attirer de nouveaux investisseurs publics ou privés pour que l’événement prennent définitivement son envol. « Un festival ne s’organise pas avec des sommes aussi faibles, il faut que la Région, le Département et les entreprises nous suivent pour que l’on tienne le coup » estime Alban Lapeyre.

« Les Agenais doivent s’approprier le festival »

L’objectif de la trentaine de bénévoles actifs des Folies vocales est, avant tout, de développer et promouvoir l’accès aux pratiques et aux musiques vocales dans tous les styles et pour tous les publics. « Il faut véritablement que les Agenais s’approprient le festival quel que soit leur âge et leur niveau culturel et c’est pour cela que la voix sera déclinée dans tous ses états et tous ses styles. Et comme les Gascons adorent chanter, on incite le public à venir pousser la chansonnette », ajoute le bénévole. Pour cette édition 2018, les réservations vont bon train puisqu’à quatre jours de l’échéance, le taux de remplissage pour le festival IN (spectacles payants) était de 60%, contre environ 30% l’an passé. Les quatre concerts organisées à La Tannerie sont par exemple complets. « C’est rarissime qu’un festival affiche de tels chiffres dès sa deuxième année » se réjouit l’organisateur en chef de la manifestation. Au printemps dernier, Les Folies vocales avaient été indirectement concurrencées par la finale de Pro D2 à Bordeaux où près de 10 000 Agenais s’étaient rendus. Une partie de ce public pourrait donc se retrouver ce week-end sur le festival OFF, gratuit et en plein air, qui se déroule notamment sur le Boul’ et dans les trois églises de la ville (Notre-Dame du Bourg, Martrou et la Cathédrale). Ou encore pour aller voir les deux têtes d’affiche du week-end que sont le spectacle Carmen à tout prix (ce soir à 20h30 au théâtre), une comédie déjantée mêlant l’art lyrique et le théâtre, ainsi que Vocal Sampling, un groupe de six cubains qui se produira, pour sa seule date en France, après Londres et Bruxelles, ce samedi soir (20h30) au théâtre Ducourneau.   

Simon Galinier

Pour consulter le programme détaillé : www.foliesvocales.com

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés