Galerie Gajac // La Bastide sous l’oeil de Fuke


Fuke Pi, épisode 2… Après avoir exposé une partie de ses oeuvres à la Galerie Gajac, l’artiste photographe Fuke Pi réitère l’expérience mais cette fois-ci avec des clichés captés lors de ses pérégrinations au coeur du Villeneuvois.
On s’en souvient, l’homme avait passé trois semaines aux côtés de la galiériste Christine Mourgues, appareil photo en bandoulière, prêt à dégainer au moindre frétillement de cil que pouvait lui provoquer un lieu villeneuvois. L’inspiration lui a été plutôt favorable… Car Fuke Pi est sans nul doute tombé amoureux du coin, lui apposant même le terme de « paradis » sur son profil Facebook.
Quelques semaines seulement après son passage, il livre donc sa vision poétique de Villeneuve-sur-Lot… La place Lafayette et ses cornières, le Lot, le théâtre ou encore des jardins et intérieurs de maison sont parmi les clichés exposés depuis mercredi.

Couleurs vives et abstractions
S’y ajoutent des paysages enneigés, venus du Japon. Fuke Pi est resté fidèle à son style, largement inspiré de l’impressionnisme et désireux de faire tomber définitivement les frontières entre photographie et peinture.
Ainsi, les vues villeneuvoises sont éclatantes de rouge et bleu, couleurs vives et presque désuètes tout en gardant un aspect contemporain indiscutable. Ses captations de maisons bourgeoises à la française aux tons saturés semblent sortis d’un film de Kaurismäki…
Du côté des espaces neigeux, Fuke Pi frôle l’abstraction et s’amuse des lignes graphiques. On découvre un tout autre aspect de l’art de Fuke.
Pour l’anecdote, cette exposition est en doublon dans le pays natal de l’artiste… Du Japon à Gajac, il n’y a qu’un pas.

Annabel Perrin

Exposition, galerie Gajac, rue de Penne – jusqu’au 15 avril 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés