Le grand cœur de Michel Trama et des « Bouffons de la cuisine »


La grandeur d’un chef ne se mesure pas qu’à ses étoiles. Il faut aussi du coeur. Le Puymirolais Michel Trama a les deux, sans aucun doute. Le détenteur d’un double-macaron du célèbre guide rouge a créé il y a quelques mois un mouvement solidaire : les « Bouffons de la cuisine ». Composés de vaillants et charitables Lot-et-Garonnais mais aussi de quelques uns des plus grands noms de la gastronomie française, ils vont servir un peu partout dans l’Hexagone quelque 2000 couverts à des personnes défavorisées et isolées. « Les agapes d’autrefois véhiculaient des valeurs telles que l’échange, la générosité, le partage, souligne Michel Trama. Cet esprit doit vivre et se diffuser au-delà des grandes tables que trop peu de gens ont la chance de pouvoir s’offrir. L’ambition des Bouffons est justement de partager une cuisine de qualité et de créer du lien social en réunissant des personnes de tous horizons. » En Lot-et-Garonne, 350 couverts au total seront servis en cette période de fêtes (uniquement sur invitation). Le premier repas se déroulera le 26 décembre à l’Impérial Buffet à Boé, mis à disposition par le chef Tong Ung. Les chefs Michel Trama et Adrien Pédrazzi ainsi que le traiteur Pascal Sagot seront présents. Ce triumvirat animera également, comme en 2016, la salle des fêtes de Foulayronnes prêtée par le maire Bruno Dubos le 28 décembre. Entre ces deux dates, un second repas sera proposé à près de 150 convives au Stelsia à Saint-Sylvestre par le chef Michel Vico, avec le pâtissier-chocolatier Benoit Dannacher pour lui prêter main forte.

« Révolté ! »

A 70 ans, c’est pour Michel Trama « un combat de coeur » essentiel. «  A l’orphelinat où j’ai grandi au Maroc, on se battait pour un bout de savon. 60 ans plus tard, il y a toujours des gens qui meurent de faim et qui en plus se cachent par dignité. Je suis révolté contre ça. Et c’est mon épouse Maryse, indignée par cette misère exponentielle, qui m’en a fait prendre conscience. En 2016, on a mis en place deux repas de solidarité à destination des plus démunis, à Moissac et Foulayronnes pour environ 110 personnes. On avait fait quelque chose de simple, pas de la grande gastronomie, mais les gens étaient contents. J’ai notamment été marqué par la réflexion d’une dame qui m’a dit être arrivée seule et repartie avec deux amis. C’est de là qu’est né le concept des Bouffons », raconte Michel Trama qui ne manque pas de préciser que « chacun peut apporter sa pierre à l’édifice ». Au travers de cette initiative pleine de générosité, les Bouffons veulent devenir des lanceurs d’alerte pour dénoncer des vérités.

Dimitri Laleuf

Retrouvez notre portrait de Michel Trama dans le dernier numéro du magazine Quidam disponible chez votre marchand de journaux.


Qui sont les Bouffons de la cuisine ?

« Le bouffon nous amuse et nous permet de sourire à la vie. Mais il ose également. Il dit au roi des vérités. Il représente le peuple, connaît ses difficultés et les dénonce. Mieux, il utilise sa malice et sa proximité avec le roi pour faire avancer les choses. Le bouffon ne se prend jamais au sérieux même si son rôle lui confère une place auprès des puissants », décrit Michel Trama. Le créateur du mouvement a vite été rejoint par des bénévoles lot-et-garonnais à l’image du chef Adrien Pédrazzi. Au niveau national, le mouvement prend une ampleur considérable grâce à la notoriété des grands chefs qui ont répondu à l’appel de leur homologue puymirolais : Yannick Alleno, Frédéric Anton, Joël Robuchon, Marc Veyrat, Pierre Gagnaire, Gilles Goujon et bien d’autres encore. Une véritable constellation ! Des non-cuisiniers font aussi partie du groupe comme Michel Serres, Pierre Perret, Gilbert Montagné ou Eric Dupont-Moretti. 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés