Halloween // Ils ont le plan anti-zombies


Le zombie a le vent en poupe. Cet être de fiction, ni mort ni vivant, hante les films, les séries horrifiques et les esprits des ados. Avec une question obsédante, comment échapper à ces affamés du ciboulot si jamais ils venaient à déferler sur le département ? Quatre lycéens villeneuvois se sont donc creusés la cervelle pour dispenser de précieux conseils à leurs concitoyens lot-et-garonnais en cas d’invasion.

Quand l’ennui devient créatif

A la tête de ces quatre fantastiques, Teïva raconte la genèse du projet « zombie invaders 47 ». « On était dans le CDI du lycée, on s’ennuyait un peu et puis on s’est demandé comment on pourrait échapper aux zombies s’ils attaquaient notre école. » Quelques notes sont jetées sur un cahier avant que le plan d’évacuation ne prenne du galon et s’étende au département. « Il nous a fallu un an pour tout étudier, ajoute Jack, c’est parti d’un délire mais on s’est pris au jeu ! »  Il leur aura fallu « toute l’année de seconde », pour mettre sur pied leur site Internet (1). « J’avais regardé une vidéo de manifestation en Suède au journal télévisé, on voyait des gens qui couraient partout se mettre à l’abri, on a décidé de transformer l’actualité en film d’horreur. »
La pièce maîtresse réside dans le « plan de simulation d’une infection en Lot-et-Garonne » qui répertorie les villes et sites du département les plus « sûrs » en cas de vague zombie.

Campagne plus sûre que la ville

Les amis ont donc dégagé les terrains où la survie serait plus facile. « Déjà il faut bannir les lieux publics où les gens voudraient se réfugier comme les églises, les hôpitaux ou les commissariats. Il faut aussi éviter de s’enfuir en voiture ou avec un véhicule qui fait du bruit », liste Ben. Et qu’en est-il des havres de paix ? « Là c’est plus simple, il faut partir des grandes villes, par les égouts, c’est le plus sûr. Après le meilleur endroit reste le château de Bonaguil et ses fortifications, celui de Casseneuil aussi. Après le lycée Stendhal à Villeneuve, avec sa crypte qui peut être utilisée en cas d’accidents à la centrale de Golfech, est pas mal. »

Ebola relance l’activité du site

Nourris aux jeux vidéos et aux séries, les quatre « survivors » ne sont pas déconnectés pour autant de la réalité. Surtout quand l’actualité les rattrape. L’apparition du virus Ebola a donné un second souffle à leur site qui avait été mis en sommeil pendant un an. « Si c’est pas les zombies, ça peut être autre chose », concluent-ils dans une phrase chère aux fans de films d’horreur, « on continue de s’inspirer de faits réels… »

Gauvain Peleau-Barreyre

(1) dottva.wix.com/zombie-invaders-47

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés